Cannibal Corpse - Torture

Cannibal Corpse - "Torture"
Cannibal Corpse - Torture (chronique)

Bordel, 12e album déjà pour Cannibal Corpse! Et rien que des « vieux » quadra’ à la manœuvre chez les zombies anthropophages. Maman, retenez-moi ou je verse une grosse larmichette… Que sont les minitels et Téléchat de ma jeunesse devenus? Où court-il donc si vite ce temps qui passe? Et ce type de pleurnicheries de début de chro’ ne mériterait-il pas un blâme? Non mais c’est quoi ces vieux croulants qu'ils ont embauché chez CoreAndCo là?!

 

Bon, soyons honnêtes: ces dernières années, la bande à Alex Webster avait régulièrement échoué à raviver la flamme qui avait naguère réchauffé mon petit cœur de death métalleux transi. Et ce pas parce que je serais un vieux conservateur indécrottablement nostalgique de l’époque Chris Barnes, oh non…  Mais Gore Obsessed avait été décevant, The Wretched Spawn inodore, et même le regain d’intérêt provoqué par Kill n’avait pas réussi à me pousser à acheter Evisceration Plague. A vrai dire je m’étais de fait résigné à ranger Cannibal Corpse dans la case « c’était mieux avant » des Sodom et autres Obituary… N’est pas Napalm Death ou Overkill qui veut! Et finalement, il se trouve que c’est précisément dans ce genre de situation que c’est le meilleur: quand vous ne vous attendez à rien d’autre qu’à du "Bon-chienchien-à-sa-Mémère Death Metal" qui vous ramène gentiment vos pantoufles, et qu'en fait c’est un putain de T-Rex qui sort de vos écouteurs pour vous chopper à la gorge.

 

C’est que, nom de nom, les américains ont gardé une putain d’envie de bouffer de la chair humaine, à t'en faire pâlir les petits wannabes de la scène death actuelle! Et là je ne dis pas ça en pensant aux thématiques et visuels gore encore et toujours ressassés par ces vieux ados attardés. Non, je parle de la violente tornade death brutal soufflée par le groupe. Bordel, le « Demented Agression » qui ouvre l’album parle de lui-même non? Coup de boule brutal, méchant, rapide et efficace. Et on est loin du cas isolé, parce que « Encased In Concrete » revient avec une formule à peu près identique 3 morceaux plus tard. Et bonjour la speederie qui te fouette les côtes bien là où ça craque! Et les vilains cannibales de vouloir manifestement que ce soit cette impression de tornade dévastatrice qui nous reste durablement dans la caboche, parce que la doublette finale « Rabid » et « Torn Through », non contente d’être constituée de 2 morceaux excellents, joue clairement dans la cour des titres violents, vilains, et véloces (the V.V.V. touch) qui n'oublient pas d’être inspirés et accrocheurs.

 

Bon, Torture n’est pas non plus un nouveau Tomb of the Mutilated ou un Gallery of Suicide. On y trouve quelques fonds de marmite moins passionnants, tel ce « Scourge Of Iron » dont l’excès de gras aurait pu prendre s’il avait été mieux branlé et moins long, ou tel « Followed Home Then Killed », hyper classique et assez peu mémorable. Néanmoins ce 12e album réussit à faire mieux que Kill, et pas seulement dans le domaine du coup de fouet hyper speedé. Par exemple tiens: les quelques écrasements de tempo majestueux justifiant le « sarcophagic » de « Sarcophagic Frenzy » constituent un apport d’air putride tout à fait bienvenu. Et quel panard que ce « As Deep As The Knife Will Go », sauvagement groovy et carrément tubesque. « The Strangulation Chair » séduit quant à lui par son riffing à la fois alambiqué et méchamment rugueux, autant que par son groove ultra moshy. Quant à « Caged… Contorted », c’est l’exemple parfait du mélange réussi entre grosses accélérations, « mélodie » et groove méchant. Là-dessus vous rajoutez la prod’ d’Erik Rutan – âpre, rugueuse, inquiétante, mais néanmoins puissante et moderne – ainsi que l’habituel ronronnement de la basse d’Alex, et vous retombez quelques années en arrière, quand la sortie d’un nouveau Cannibal Corpse était synonyme d’excitation et d’achat incontournable.

 

Torture est donc une vraie bonne surprise, pleine de sauvagerie et de petits tubes en puissance. Cette nouvelle sortie permet par ailleurs à Cannibal Corpse de réaffirmer ce statut de grosse pointure du death qui pouvait commencer à sembler usurpé – ou tout simplement à n'être plus que le fruit de lauriers depuis longtemps fanés. Alors essayez-le, et succombez.

 

 

 

 

La chronique, version courteTorture voit Cannibal Corpse revenir à son meilleur niveau depuis longtemps. L’album qui aurait dû suivre Bloodthirst.

photo de Cglaume
le 11/07/2012

4 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 11/07/2012 à 11:04:48

Comme le dernier Over Kill : une excellente surprise, à un niveau que l'on attendait plus !

Cobra Commander

Cobra Commander le 11/07/2012 à 11:48:58

Mouais, toujours aussi chiant et flagada....

cglaume

cglaume le 11/07/2012 à 19:11:31

Cobra, il faut sortir du Brésil un p'tit peu ! :)))))

Cobra Commander

Cobra Commander le 12/07/2012 à 09:13:08

Toi même petit canaillou!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

CD album CD album (43:51)

Acheter Cannibal Corpse Torture sur Amazon

Tracklist

01. Demented Aggression
02. Sarcophagic Frenzy
03. Scourge of Iron
04. Encased in Concrete
05. As Deep As the Knife Will Go
06. Intestinal Crank
07. Followed Home then Killed
08. The Strangulation Chair
09. Caged… Contorted
10. Crucifier Avenged
11. Rabid
12. Torn Through

DANS LA VEINE

Rude - Soul RecallRude - Soul Recall

évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019