Cult of luna - Salvation

Chronique CD album (???)

chronique Cult of luna - Salvation
C´est, pour une fois, du côté du label Earache qu´il faut aller chercher ce groupe tout en finesse et en mélancolie qu´est CULT OF LUNA ; ce label n´étant, il faut bien le dire, pas caractérisé par un catalogue de groupes portés sur les atmosphères éthérées. Etant un complet néophyte en ce qui concerne ce combo, c´est malheureusement dans cette optique que vais aborder Salvation, sans comparaison aucune avec leurs précédents opus.

Des riffs certes épurés mais très accrocheurs, une batterie métronomique et reptilienne, une basse coulante et une voix gutturale mais en même temps très humaine ; c´est ce qui sort à la 1ere écoute de ce Salvation... On sent bien que le groupe aime jouer avec les ambiances et les laisser s´installer pendant un moment en montant le tout, instrument par instrument , décibel par décibel pour finalement faire exploser, dans une lenteur empreinte de désespoir, les démons qui les rongent. Ou bien ils utilisent le schéma inverse en faisant retomber la tension dans une mélodie douce-amère aux riffs simplifiés ; pour ne garder que l´essentiel (« Leave Me Here »). Un titre comme « Waiting for you » (du moins les 6 minutes d´introduction) , quant à lui totalement instrumental, apaisant, aux guitares bluesy (« Crossing Over » également) mais à la cadence « stoner », démontre un esprit bien différent des morceaux précédents et renforce l´ambiguïté de la musique de CULT OF LUNA. Il est vrai que l´on peut penser, au détour d´un « Adrift » - rythmé comme il faut et saturé à souhait, à ISIS ; mais rassurez-vous cela se limite seulement à un voire deux titres tant l´identité de ce Salvation est distincte et affirmée (notamment de par cette voix souffreteuse et uniquement gueulée). Un stoner/doom des plus beaux crus, voilà ce qu´est ce constitue ce Salvation : on n´a de cesse de se sentir bercer par ces rythmes et ces arrangements instrumentaux envoûtants et magnifiquement tristes ; car s´il n´y a de musicalement beau que ce qui est triste alors cet album n´est rien d´autre qu´un chef d´oeuvre émotionnel absolu à l´instar d´un RADIOHEAD des grands jours.

Ca ne peut, enfin, être qu´avec des regrets que ce termine cet album des CULT OF LUNA avec le rageur « into the beyond » qui résume à lui tout seul cet opus au combien humain et, donc, complexe ; de par les sentiments contradictoires qu´il transpire et qu´il nous transmet à nous, pauvres - mains non moins ravis - auditeurs ...
photo de Mat(taw)
le 25/12/2004

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019