Devin Townsend - Addicted

Devin Townsend - "Addicted"
chronique Devin Townsend - Addicted

Seconde partie de la nouvelle quadrilogie de M. DevinTownsend sous le charmant patronyme The Devin Townsend Project (comme s’il y en avait eu qu’un…). Alors déjà, si l’on met de coté SYL, c’est le premier disque du monsieur que l’on chronique ici. C’est un peu la honte tant il y a de bonnes choses à dire sur certaines galettes. Mais une œuvre trop prolifique et trop inégale peut avoir raison du chroniqueur le plus émérite.

 

Alors, si je me décide aujourd’hui à parler de ce disque en particulier, si ce n’est qu’il est d’une actualité brûlante, c’est qu’il constitue pour moi à un petit retour en arrière super rafraîchissant. En effet, je compte parmi les fan du Monsieur mais aussi parmi ceux qui ont été rebuté par trop d’inégalité, trop de disques, trop de redites et peut être aussi trop d’errance de la part de notre schizo préféré ! En effet, passé Ocean Machine, Infinity et Physicist, je dois bien dire que les disques de Devin Townsend m’ont sérieusement ennuyés (et oui, j’aime pas Terria, vous pouvez m’envoyer des pierres) ! Même Ki, il y a peu, m’avait passablement emmerdé malgré un son assez organique et inhabituel, des touches folks et pop assez fraiches et une vraie volonté de bien faire !

 

Mais pour Addicted, c’est une autre paire de manche. Devin retrouve sa passion pour le son qui a caractérisé ses prods ! Il faut entendre par là 12 couches de guitares, autant de chant, des samples et des synthés harmonisés de partout, des infrabasses abusées et des arrangements omniprésents !… A l’opposé de l’épure de Ki, donc, et rien que ça, quelque part, ça fait un peu plaisir ! Autre élément assez particulier, la moitié du chant de l’album est assuré par Anneke (ex-The Gathering) qui fait un boulot, certes, ultra conventionnel (limite variété) mais néanmoins remarquable ! Dernière chose, tous les titres du disque sont ponctués par des points d’exclamations ! Vous vous en foutez ? très bien ! Au niveau du contenu réel, l’album se divise en deux parties assez distinctes. Je dirai que la première lorgne allègrement du coté de Physicist avec une pop sur-burnée, lyrique et sautillante ! Un peu comme si Morbid Angel avait troqué les grands anciens de Lovecraft contre les Bisounours et les Teletubbies réunis ! Le résultat est assez incroyable et ça fait réellement plaisir de voir Devin retomber dans ces sphères musicales pré adolescentes ! On sourit bêtement et on bouge la tête ! La seconde partie du disque (à partir de la piste 6, Hyperdrive!) me semble quant à elle nettement moins jouissive et fraiche ! Le son est le même, le duo de chant demeure (quoique pas sur tout les titres) mais l’orientation musicale évolue vers quelque chose de plus symphonique et lyrique (Plus Terria ou un Ocean Machine au rabais pour le coup) ! Et là c’est clairement moins bien! On recommence à s’ennuyer et à attendre une claque qui ne reviendra que pour la dernière piste, Awake!, plus sympa mais pas fracassante non plus !

 

Constat en demi-teinte donc ! Le visuel est, comme très souvent, très vilain ! On attend le troisième chapitre de la quadrilogie, théoriquement beaucoup plus violente… miam ! Vous pouvez aussi vous amuser à compter le nombre de points d'exclamation de la chronique si vous voulez...

photo de Swarm
le 01/12/2009

3 COMMENTAIRES

deathlikesilence

deathlikesilence le 23/01/2010 à 12:18:49

Grosse surprise, super accrocheur, j'adhère

AirDuern

AirDuern le 11/03/2010 à 14:53:01

Étant aussi un fan de la première heure, avec le psycho-téléscopico-tonitruant démolisseur City, le planant, poignant Ocean Machine (qui m'a inspiré tout un script) et le divin et éclatant Infinity, j'ai trouvé que Addicted était une bonne surprise. J'avais commencé à sentir poindre l'essoufflement de Maitre Devin déjà dans Physicist, où Gene Hoglan commençait à un peu s'ennuyer. Mais quand j'ai acheté les yeux fermés Terria et que je l'ai écouté... quel désillusion. Je suis un auditeur d'Electro-acoustique (Pierre Henry, Asmus Tietchens...) et de minimalism expérimental, mais là... ça ne valait juste rien, je suis bien de ton avis Swarm. Accelerated était... pâteux et limité, Synchestra pas mauvais, Ki déroutant et technique... mais aucun nouveau trip comme au début. Pour ne pas parler de tous les Syl qui ont suivi City, je les ai tout simplement trouvés tous indignes de Devin. Une honte musicale de misère artistique.
Addicted est un vrai souffle d'espoir pour moi, car on sent poindre à nouveau son étincelle de génie. Le duo avec Anneke est une initiative des plus inattendues et des plus savoureuses ! J'ai plongé dans certaines pistes comme dans un bain de lumière me rappelant certaines pistes d'Inifinity ou de Biomech. J'espère que ces retrouvailles avec lui-même ne cesseront pas aussi vite qu'elles ont ressurgies, pour le meilleur et notre plus grand plaisir.

cglaume

cglaume le 09/06/2010 à 14:21:07

Argh, pas en phase. Un homonyme écrivait à propos de cet album

"La dernière production de l'ami Devin est une fois encore - oh douce routine du génie musical en action! - un grand album, et pas l'une de ces Nièmes séquelles dont même l'arrière-goût n'évoque plus les débuts glorieux comme certains grands groupes nous en balancent quand ils atteignent un nombre d'albums à peine aussi élevé que la production Devinienne (Slayer anyone?). Les réticences que la douce léthargie de « Ki » avaient pu provoquer sont désormais bien loin. Pour couronner le tout cette nouvelle offrande s'inscrit intelligemment dans la tétralogie en cours d'élaboration, « The Way Home! » étant le frère spirituel de « Coast » (« Ki »), et les derniers mots vociférés par Devin sur « Awake! » étant « Deconstruct » ... En ce qui me concerne, c'est plié: « Addicted » fait d'ores et déjà parti de mon bilan 2009! (important de finir sur un point d'exclamation ...)"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019