Eths - The Ultimate Show

Chronique DVD (1:27:00)

chronique Eths - The Ultimate Show

Tandis que certains pleurent toutes les larmes de leur corps suite au dernier show d'un Slayer nouvellement retraité (en principe), j'avoue avoir été davantage touchée au fait d'avoir vu le concert de l'ultime DVD d'Eths. C'est que nous n'avons pas les mêmes valeurs et, surtout, ne sommes pas issus de la même génération. Cela se ressent encore davantage en lisant les bafouilles qui ont été parues dans ces colonnes, pas toujours très tendres. A tort ou à raison, c'est selon... Mais aujourd'hui, l'heure n'est plus vraiment de juger si la musique de Eths est bonne ou mauvaise à vrai dire. Le groupe n'est plus et il nous a offert là sa toute dernière offrande. Un dernier cadeau pour faire plaisir aux fans, il ne faut pas aller chercher plus loin. D'où le fait que j'ai appréhendé le sujet avec cette petite frustration que j'aurais préféré vous en parler dans un véritable live report où j'aurais témoigné de ma présence dans le public. Malheureusement, cela n'a pas été le cas, d'où le fait que je me penche sur The Ultimate Show la mort dans l'âme, l'exercice du DVD n'étant pas vraiment ma tasse de thé en réalité, préférant amplement vivre la chose sur le terrain plutôt que sur mon canapé au travers d'un écran. Mais surtout, que j'ai appréhendé le sujet en retrouvant mon adolescence perdue, comme toute bonne jeune trentenaire en pleine crise – la haute marche du podium pour Korn dans mon top 2019, ça n'a pas été choisi par hasard après tout. Cette adolescence où j'ai été pleinement marquée par le combo marseillais qui proposait le visage le plus agressif de la tendance nu metal hexagonal (qui donnait davantage dans le rock fusion survitaminé que véritablement metal selon moi), son audace de proposer des textes en français alors que l'on était dans une période où la scène nationale metallique était clairement mal perçue et surtout, qui possédait sa brailleuse de service, autre qu'Angela Gossow et quelques autres rares élues. Et surtout, par-delà des premiers émois musicaux, Eths a rythmé mes premiers concerts metal, cette camaraderie tout en bousculades respectueuses et la joie des stage-divings pas toujours heureux, surtout lorsqu'on y laisse une (fausse) dent dans la chute. Autant dire : même si j'ai lâché l'affaire au départ de sa vocaliste emblématique il y a une dizaine d'années plus tard, ça n'enlève en rien l'affect et la place importante qu'a pu avoir ce groupe dans le développement de ma passion musicale. Autant dire, The Ultimate Show, dans ces lignes, ce sera avant tout une histoire de nostalgie et d'avis de fan. C'est qu'après tout, si de base vous n'en avez rien à foutre du groupe et de sa musique, je ne vois pas en quoi ce DVD vous intéressera davantage.

 

Déjà, le petit point qui fait plaisir : le coffret vaut peut-être son prix – une quarantaine d'euros – mais il n'y a pas d'arnaque sur la marchandise. Ce qui n'est d'ailleurs pas forcément étonnant, Eths ayant toujours fait des efforts malgré la modestie de leurs moyens dans tout ce qui est satellite à la musique (visuels, packagings, clips soignés, etc). L'objet est soigné dans son packaging, le soin apporté au visuel et de par la générosité de son contenu. C'est qu'on y trouve niveau bonus, outre la sempiternelle vidéographie des différents clips que le combo a bien pu sortir au travers des années, quelques documentaires sur différentes périodes de leur début de carrière et même le concert complet des Eurockéennes de Belfort capté en 2005 ainsi qu'un extrait du vrai dernier show donné au Trianon de Paris en 2017.

 

Mais le gros du contenu et ce qui nous intéresse véritablement, c'est ce concert donné trois semaines plus tôt que la date parisienne, à domicile, au Moulin de Marseille. Un lieu qui renforce la nostalgie dans le sens où elle est d'une taille et configuration équivalente que celle où j'avais pu m'en délecter à l'époque, le public semblant tout aussi motivé et dynamique en fosse par ailleurs. Mais surtout de nostalgie, c'est de ça qu'il est question dès les premiers moments : Eths ne nous ménage pas et nous fait rappeler à quel point on est vieux en s'attaquant directement, sur la première partie de show, à des reliques issues d'Autopsie, Samantha et Soma, en se disant qu'on a plus seize ans, de la même manière que l'on se dit que ce genre de titres ont vieilli vis-à-vis des codes metalliques en place aujourd'hui. Mais que ça fait quand même rudement plaisir de les réentendre. Les âmes se sentant les moins coupables trouveraient même ce petit côté juvénile vraiment attendrissant. L'autre argument de ces deux concerts était le retour éphémère de Candice Clot au bercail. Qui n'a pas totalement perdu ses cordes vocales au travers de sa mise en retrait de la scène musicale, loin s'en faut. Et qui se fait surtout accueillir par l'assistance comme un véritable messie qui ne manque pas d'émouvoir l'intéressée. Cela se ressent pleinement entre la voix parfois fébrile dans les moments de communications inter-titres et les regards brillants lancés au public lorsqu'il braille son nom à plein poumon. Le plus audacieux allant même jusqu'au « A poil ! », ce qui lui a valu son petit moment de gloire en se faisant inviter sur scène pour lui-même se déshabiller (« parce que les nanas aussi ont le droit au plaisir des yeux après tout »).

 

C'est qu'au final, rien n'a changé : le groupe a beau faire son truc en restant appliqué et pro (mention à Staif, la tête pensante du combo, qui joue et en impose comme si sa vie en dépendait), il s'applique à garder quand même un peu de spontanéité. Histoire de dire que même s'il y a des caméras, on est quand même en famille, c'est qu'il ne faudrait pas l'oublier. Et que la prestation en elle-même ne s'attarde pas spécialement dans le grand spectacle. Un backdrop, pas d'écran, pas d'étincelles ni de feux d'artifice. Eths n'a jamais donné dans le pète-aux-yeux, préférant laisser parler sa musique. De toute manière, même s'il l'aurait voulu, il n'en avait pas les moyens. On l'en remerciera d'ailleurs de préférer privilégier le budget alloué pour livrer une captation propre et très pro, tant dans la vidéo que le son où le seul regret serait qu'on n'entend peut-être pas assez le public. Ou encore ces quelques délires, heureusement pas systématiques, de jouer avec les zooms et dézooms de GoPro pour donner un côté dynamique youtubesque que je trouve personnellement fort abrutissant et inutile lorsque c'est fait pour filmer la scène (ce qui rend fort bien au contraire lorsqu'on filme le public, je ne dis pas).

 

Niveau setlist, comme sus-cité précédemment, si la première partie donne la part belle aux débuts discographiques de Eths, la suite se fait crescendo, balayant chronologiquement, s'attardant ensuite sur Tératologie – qui me semble prendre d'autant plus de substance et de maturité aujourd'hui par rapport à l'époque d'ailleurs – et sur III où commence les premières incartades vers une dimension plus coresque sans que le combo n'en ait forcément perdu de son essence pour autant. Sans surprise, même si on en entend quelques samples, il n'y aura pas de Eths post-Candice avec des représentants d'Ankha. Qui est peut-être le point qui me chagrine un peu. Car si cet ultime album d'avant-split m'avait laissé de marbre, notamment via sa production moderne typée Sonic Syndicate pas vraiment dans mes petits papiers, j'aurais trouvé intéressant de voir la participation de Rachel Aspe, qui avait eu la dure tâche de prendre le relais d'une frontwoman très appréciée de ses fans, sur un ou deux morceaux. Qui aurait même pu se frotter à du répertoire plus ancien en duo avec Candice. Histoire d'amener un petit coup de piment, de laisser comme une impression d'être parti sur un moment exceptionnel et boucler la boucle définitivement. Voilà peut-être où se situe la limite du parti-pris de proposer une prestation sobre, sans spécialement de fioritures, de la même manière que l'a fait Slayer à Inglewood il y a peu. C'est qu'on n'attend peut-être pas forcément à s'en prendre plein les mirettes en sortant les lance-flammes de Rammstein mais on a quand même comme une petite envie capricieuse de voir un truc rare pas piqué des hannetons. Comme par exemple, inviter Reuno de Lofofora sur les planches pour qu'il puisse pousser la chansonnette sur « Ailleurs, c'est ici » qui clôture les hostilités comme il l'avait fait en studio à l'époque.

 

Dommage, on devra simplement « se contenter » de voir le groupe aborder le fait que ces deux concerts étaient surtout pour rendre hommages à deux proches partis trop tôt. Et qu'arrivé au terme de la lecture, on se dit qu'il y avait comme un petit symbolique dans la manœuvre : voir un groupe qui a marqué les premiers émois juvéniles tirer sa révérence, c'est si, de mon côté également, à titre purement personnel, je tournais la page de mes tendres années d'insouciance d'adulescente. Sans forcément oublier pour autant, il n'y a aucun regret spécialement à avoir. C'était le bon temps, ça a laissé de beaux moments et de beaux souvenirs. Merci Eths. D'avoir été là en tant qu'ami musical, souvent réconfortant, qui a su évoluer et grandir au même titre que je grandissais et évoluais également. Vraiment, merci pour tout !

photo de Margoth
le 14/02/2020

2 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 14/02/2020 à 11:14:19

Aaaaah le bon temps de CORIACE, Tripod, le premier Babylon Pression, tout ça quoi !!

..:: Binass ::..

..:: Binass ::.. le 16/02/2020 à 14:05:12

Sniffff....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Death - Leprosy
Chronique

Death - Leprosy

Le 17/10/2010

Mars Red Sky - The Task Eternal