Ministry - Moral Hygiene

Chronique CD album (47:15)

chronique Ministry - Moral Hygiene

« Alert Level ».

 

Los Angeles printemps 2020 sur une autre terre.

Une pandémie a pris de court la planète, les gens se terrent chez eux par peur d'être contaminés.

Une poignée de sans-abris s'organisent pour survivre, rejetés de tous.

Un homme sans nom s'impose comme leader en face de Douglas T Humungus, homme politique médiocre devenu président de l'Administration, riche, conservateur qui voudrait bien tirer profit de la situation..

 

« Good Trouble »

 

18 mois après les premières contaminations, le processus est bien rôdé. Le silence s'installe, la politique de santé publique a laissé rapidement la place à une politique du silence et de l'invisibilisation de la société. Faisant foi du vieil adage « Chacun chez soi et les poules seront bien gardées », le pouvoir a commandé des séries à profusion sur Notflex, les animateurs télé ont reçu des moyens considérables pour booster les jeux télés habituels avec un tas de trouvailles amusantes et addictives. Le vide est joyeux.

 

« Sabotage is sex »

 

Les classes populaires divisées, depuis des lustres, se terrent, la jeunesse rêvasse. Les productions porno-politiques canalisent leurs émois et leurs désirs de découverte. Douglas T Hummungus pense à augmenter les pénuries dans certains services. L'été s'annonce caniculaire.

 

« Disinformation »

 

Une vidéo d'un philosophe français, Emile Clein, à propos d'un vieux concept – la nuance – se répand dans les internets du monde entier. L'Homme sans Nom a coupé toutes les communications non-essentielles depuis longtemps.

 

« Search and Destroy »

 

Notflex produit une nouvelle mouture de ce monument, avec un casting raté. On pleure dans les chaumières, de rire ou de désespoir.

 

« Believe me »

 

- Yes, just believe ! C'est quand même pas compliqué ! ? -

Hummungus, n'a pas vu la vidéo du philosophe français.

 

« Broken System »

 

Les semaines de préparation portent leurs fruits, l'Homme sans nom (appelé Tonton Al), rétif à toutes les obligations ; a conscience des enjeux. La méditation, aux sons des tablas, lui redonne une fougue et une envie communicative. Il commence par démonter, les 3 derniers discours de Hummungus. Argumentant et se laissant aller à quelques slogans péremptoires, auprès de quelques initiés.

Les classes populaires sortent du silence, de plus en plus souvent, carbonisées par un été qui n'en finit pas.

Les jeunes femmes défilent pour soutenir la décroissance et arrêter certaines usines, de force.

Certains cols blancs, prennent des vacances de longue durée. La planète s'offre 4 semaines de congés.

 

« We shall resist »

 

Les pontes de Notflex sont tous contaminés, la pandémie reprend ses droits avec force. Les vieux acteurs ont le champ libre, bien protégés depuis une année dans leurs résidences privées. Tonton Al prononce un premier discours plein de hargne. Nous sommes le 01 octobre.

 

« Death Toll »

 

La pluie battante des dernières semaines, a le don de rendre encore plus irritable Hummungus. Dehors les gens se précipitent mais avec le sourire et une confiance retrouvée.

Tout fout le camp, se dit Hummungus.

 

« TV Song #6 (Right around the corner mix) »

 

Le nouvel LSD qui s'est installé à toutes les tables des nantis, y compris chez Notflex, provoque des ravages. Un bordel souvent joyeux accompagne chaque programme.

Dans le marasme, la nuance prônée par Emile Clein, semble être devenue une fable ou au mieux, un lointain souvenir.

photo de Eric D-Toorop
le 06/01/2022

8 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 06/01/2022 à 09:36:28

J'ai déjà lu cette histoire quelque-part... :)
Euh, par contre il est comment l'album du coup ? :p

Pingouins

Pingouins le 06/01/2022 à 10:13:52

A l'ancienne la fournée d'aujourd'hui dites donc !

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 06/01/2022 à 10:31:58

Ahah.
En version courte :
7e dans mon top 15, un album moyen + avec un gros ratage, la pathétique reprise des Stooges.  Les tracks 1,2, 3,6 et 8 nous rappellent pourquoi on aime Ministry. 
Un album maturé, un brin nostalgique, frère de coeur de Killing Joke dans les meilleurs moments.
Malgré tout,  idéal lorsque l'on se met au Crossfit avec un âge respectable.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/01/2022 à 13:14:48

Très bonne chro et un 7 qui roule pas mal perso (Tu vois Eric, j'aurais fait baisser ta note). A quand un nouveau Rio Grande Blood en mode barbare ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/01/2022 à 13:16:39

Ah oui, le titre avec Jello rappelle évidemment les meilleurs moments de LARD.

Seisachtheion

Seisachtheion le 06/01/2022 à 15:27:51

P'tain, ça bouge pas mal aujourd'hui sur les fils de commentaires... Plus en tout cas que sur une kro de Beuh Meuh !

el gep

el gep le 06/01/2022 à 15:42:32

Le BeuhMeuh se passe de commentaire.
Le BeuhMeuh déteste les gens et les commentaires.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/01/2022 à 10:12:16

Le Beumeux ne traine pas sur les webzines.
Le Beumeux hait les webzines.
Et encore plus les webzines de gauchistes.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements