Napalm Death - Utilitarian

Napalm Death - "Utilitarian"
chronique Napalm Death - Utilitarian

Bon alors autant y aller franchement dès le début comme ça je n’ai pas besoin d’attendre, et vous non plus, la fin de cette chronique pour donner la conclusion, bonne ou pas de ce nouvel album de Napalm Death.

Cet opus (le 15e quand même!), Utiliratian, est tout simplement jouissif à souhait et j’ose même le dire devant vous: il fait partie de mes favoris de cette année. Alors oui les puristes n’aimeront pas forcément et je m’en fous : comme je le dis à chaque fois, c’est MA chronique, donc je dis ce que je pense. Et je vais tenter d’expliquer, ou pas, comment après 31 ans, nos anglais ont réussi à trouver le bon compromis.

Allez on rentre dans le vif du sujet dès le deuxième morceau... Eh oui, on a le droit à une petite intro qui fait monter la sauce tout doucement pendant deux minutes jusqu’à l’explosion "Errors in the Signals". Putain de son, putain de hargne, putain de rage ouais, putain de riffs, putain de voix! Putain de tout dès le deuxième morceau et ça va continuer pendant tout l’album, durant les dix-huit titres qui composent cet Utilitarian.
Troisième morceau, "Everyday Pox", tres punks/grind dans le riff avec même du saxophone pour se mêler à cette folie ambiante, avec toujours cette haine contre l’injustice de notre société qui sera latente durant l’intégralité de cet album. Et c’est ça que j’aime chez eux, c’est cette constante évolution de leur musique et de leurs idées en fonction de l’évolution de notre société. Alors oui la musique est toujours bourrine et c’est complètement normal lorsque l’on veut décrire ce monde dans lequel on vit, qui est loin d’être rose. Le groupe arrive à nous faire passer le message en nous assénant leur propre violence lyrique et c’est ça qui me plaît. Je me reconnais plus en écoutant ça, et pourtant ce n’est pas mon style de prédilection, qu’en me demandant quel message peut bien vouloir faire passer un groupe comme Green Day par exemple.
Mes deux morceaux préférés que sont "The Wolf I Feed" et "Quarantined" reflètent complètement ce que je viens d’illustrer. Une violente maturité, ou une maturité violente, à vouloir nous marteler sans cesse, et ce n’est pas une critique, que notre société a besoin d’un putain de coup de pied au cul et que l’Homme doit un peu lever la tête au lieu de baisser les yeux afin de ne regarder que ses putains de pieds, justement.
"Fall on Their Swords", sans vraiment être un morceau avec un impact, possède cette ambiance que le groupe a su faire évoluer. Au milieu du morceau, on a l’impression que Dimmu Borgir débarque pour nous faire un petit interlude, puis ça repart en Napalm Death, avec riffs et blasts dévastateurs. Ambiance très... Ambiance justement. Depuis le début de cet album d’ailleurs on remarque que Mitch est très présent au micro en donnant un ton aigu à la voix et c’est surprenant et agréable car le mariage des deux est bien amené.
On a le parfait exemple avec le neuvième morceau de la galette, "Orders in Magnitude", en ayant Mitch Harris monopolisant le chant principal, avec derrière lui des riffs alternant du punk rapide et du grind des familles qui font du bien par où ils passent. Nos oreilles seront d’ailleurs en joie devant tant de sauvagerie...
"Aim Without an Aim" ne déroge pas à la règle simple des Anglais: riffs dans la tronche, voix qui débite des paroles assommantes avec un refrain qui te reste dans le crâne toute la journée.

En revanche j’avoue que pour la suite, c’est à dire les cinq derniers morceaux, rien de bien original : ça reste du Napalm Death, ça s’écoute mais bon on aurait pu s’en passer à mon avis.

Cet album est un excellent album, peut-être même le meilleur à mes yeux, et, encore une fois, un brûlot contre notre société qui devient de pire en pire en terme de relations humaines, de savoir vivre, d’amour de l’autre et de soi, d’écologie.

Franchement si tous ceux qui ont un truc à dire et qui veulent faire une putain de révolution pour essayer de changer et de sauver ce monde, pouvaient mettre ce groupe en musique de fond, ça serait une très bonne idée.

Dire que les mecs sont dans la place depuis plus de trois décennies force aussi le respect, mais ça c’est un mot qui disparait de plus en plus des coutumes. J’espère que les Anglais seront encore là assez longtemps pour nous rappeler la valeur de la Vie et pour botter quelques culs qui mériteraient vraiment de l’être. Enfin moi je dis ça...

Ps: Vivement le split avec Converge...

photo de Jull
le 30/07/2012

7 COMMENTAIRES

R.Savary

R.Savary le 30/07/2012 à 11:29:56

Musicalement une baffe (compos+son). Depuis The Code Is Red..., Napalm est dans sa meilleure forme. Très bon ces cris de sax de J Zorn, ils rappellent les cris de voix de J Biafra sur The Code Is Red !

Tookie

Tookie le 30/07/2012 à 12:11:11

Leur meilleur (et c'est inattendu !) pour moi !

cglaume

cglaume le 30/07/2012 à 12:24:28

Très bon album, même si je lui préfère "Time Waits For No Slave"

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 30/07/2012 à 12:42:21

ces mecs là sont immortels, ils ont dû passé un pacte avec je ne sais quelle divinité pagan

Jull

Jull le 30/07/2012 à 13:57:49

Geoff c'est clair, et a voir comment ils sont en live, c'est exactement ca!!!!!

Queen-a-Man

Queen-a-Man le 31/07/2012 à 19:59:55

Jacques Villeret n'est pas mort il officie maintenant en tant que batteur du groupe Napalm Death!!!

cglaume

cglaume le 13/09/2012 à 21:15:28

Un bon album de Napalm, furieux mais également sombre, varié donc, et en général assez accrocheur. Bon points aux titres "Errors in the Signal", "Think Tank Trials", "Analysis Paralysis" et "Opposites Repellent". Par contre quelques morceaux ("Fall on Their Swords", "Blank Look About Face", "Leper Colony"...) sont moins boulversifiants. Et le featureing de Zorn n'est pas transcendant. Bref, un bon album, mais pas le meilleur. Je lui préfère le précédent, "TIME WAITS FOR NO SLAVE".

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements