Sepultura - Beneath The Remains

Sepultura - "Beneath The Remains"
chronique Sepultura - Beneath The Remains
Intro à la gratte accoustique avec quelques bidouilles électroniques, le tout dans une montée en puissance un peu mieux produite qu'auparavant. Surtout que derrière, ça thrashe à tous les étages, sans faire réellement de pitié ni même achever les survivants. Sepultura joue avec sa rage tous riffs fraichements aiguisés, et rythmiques tranchantes lacérant l'espace.

Ce Beneath The Remains s'éloigne du coté primaire des productions précédentes, mais reste bestial ; bestialité renforcée par la voix de Max Cavalera, relativement grâve pour l'époque, et surtout pour le mouvement thrash qui nous à habitué à des vocaux plus empruntés au speed ou au heavy plutôt qu'au Death naissant. La rage est aussi contenue dans une batterie plus riche et véloce sonnant typiquement thrash.

On retient plus le début d'album, et comment ne pas prêter attention aux quatre brulot entamant le cd : "Beneath The remains", "Inner Self", "Mass Hypnosis" : pas besoin d'épiloguer sur ces trois morceaux ultra efficaces, que tout le monde connait. Et peut-être le plus étonnant des quatres, "Stronger Than Hate", puisque les paroles sont écrites par Kelly Sheaffer, qui est le morceaux le plus démonstratif de l'album, avec de grosses accélerations du côtés d'Igor Cavalera, et des solos sympathiques dont un final interprêté à la basse (sans doute par Shaefer lui même) ; j'en suis presque à me demander si Kelly Sheafer n'a pas arrangé ce morceaux, tellement les articulations du titre sont éloignées des habitudes de Sepultura.
La suite reste du même niveau, avec des titres compacts et agressifs ayant leur dose de guitares saccadées thrash-attack ; saturation et véillités éructées par un Max Cavalera plus gros que sur le Schizophrenia, mais d'égale agressivité.
Les solos ammènent une certaine chaleur bienvenue, tout en gagnant en personalité ; ils ne sont pas tous mortels mais empêchent les morceaux de rentrer dans une trop longue répétition en évitant les ponts bancals. Ce qui est parfaitement réussi dans cet album, ce sont les rythmiques, toutes plus efficaces les une que les autres, maintenant la cohérance de l'album sans jamais être répétitives. Ce point fort permet de différencier Sepultura des autres groupes privilégiant le riffing.

Ce n'est certes pas "LE" Skeud de Thrash, mais on s'en rapproche ; surtout que l'efficacité des compositions est accrue en live.
photo de Sepulturastaman
le 24/05/2009

2 COMMENTAIRES

Jull

Jull le 03/02/2012 à 04:15:57

Les bases du style avec Reign in Blood de Slayer...
Enorme, tout simplement

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 03/02/2012 à 19:15:45

Bien dit JULL !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019