Sepultura - Quadra

Chronique CD album (51:20)

chronique Sepultura - Quadra

Certains le savent peut-être mais dans les rangs des inconstants, nous avons un certain Sepulturastaman. Un fan de Sepultura jusqu'au bout du pseudo. On pourrait croire que si son groupe fétiche sort un album, ce vieil ours mal léché sortirait enfin de sa grotte, histoire que sa plume acérée fasse sa petite sortie annuelle. Eh bien, même pas ! A la place, c'était Tookie qui se chargeait de cela. Sauf qu'en ce moment, il a plus Envy d'autre chose. C'est donc à moi de récupérer ce petit Quadra. Et de découvrir avec stupeur que Sepulturastaman a beau être absent les 9/10ème du temps, même en coulisse, il garde un œil sur son fétiche. C'est ainsi que je l'ai vu débouler dans ma boîte mail – il semblerait qu'il ait investi le cyber café du village étant donné qu'il s'est enfin rendu compte que le vieux Minitel qu'il gardait chez lui était définitivement inutilisable – en mode : « Et si on jouait à la maîtresse ? ». Il s'était même brossé les dents pour sortir un pseudo-sourire Émail Diamant accompagné d'un petit clin d'œil lubrique... Logique sans faille me direz-vous : lorsqu'on est chroniqueur incompris, en manque d'inspiration ou encore à se demander si l'on ne voudrait pas prendre sa préretraite, on se dirige vers la voie de l'enseignement. Histoire d'en foutre plein la gueule à des jeunes pousses pleines d'avenir en leur inculquant des méthodes et façons de penser foireuses et mieux les désillusionner avant même qu'ils aient commencé à mettre un orteil dans le grand bain. Mais si, vous savez, on a les mêmes du côté des « artistes », ils enseignent dans les filières d'Art du Spectacle à la Fac. Et là, devant mon regard médusé, il a sorti ses lunettes poussiéreuses, sa grande règle prête à taper sur le premier doigt qui dépasserait avant de surenchérir sans même que j'ai pu avoir le temps de dire quoi que ce soit...

 

 

Mademoiselle Margoth, interrogation surprise ! Le sujet portera sur Quadra de Sepultura :

 

  • Depuis combien de temps Sepultura n’avait pas sorti un artwork aussi joli ?

 

L'artwork de Quadra est, je trouve, très représentatif de son contenu : c'est de bon goût, c'est efficace, c'est engageant mais allie surtout un certain côté pro et sobre. C'est du visuel propre qui attire le chaland comme le peuventt les jolies photos des catalogues Ikéa. A l'image de la prod' du contenu, Sepultura joue la carte de l'air du temps. Après, de là à dire que ça défonce la rétine, il y a un pas qu'on n'osera franchir : un artwork comme celui de Chaos A.D. , plus illustratif, était quand même beaucoup plus aguicheur. Ou encore ceux de Roots ou Against et leurs côtés ethniques qui sont pour moi les derniers artworks agréables à l'œil qu'il y a pu y avoir sur les albums de Sepultura jusqu'à aujourd'hui.

Réponse attendue par le correcteur : Je vous trouve un peu dure avec cet artwork quand on sait que leur discographie contient des laideurs immondes genre Le Schizo, Dante XXI, et Machine Messiah un ersatz de l’arise pour livre de coloriage avec des ailes de papillon, des ailes de papillon ; alors imaginez ma joie quand j’ai vu ce quadra sobre et classieux.

 

  • Citez deux morceaux sortant du lot :

 

Difficile de n'en retirer que deux finalement. « Capital Enslavement » tout d'abord m'a tout de suite laissée sur le cul tant il illustre parfaitement un côté retour aux sources du gros death/thrash des débuts mâtiné de ce délire percussif et ethnique institué sur Roots auquel on ajoute une louchée d'idées nouvelles tant cette petite boucle de violons et autres vocaux aborigènes amènent un côté très cinématographique au titre. On lui poserait un clip jouant sur un côté très série B typé « on est des zombies des vieux Romero, on a faim, pourquoi pas se faire un petit festin en bouffant des petits marginaux à dreads qui se font des fiestas sauvages dans le Bayou », voire de montages de scènes de Cannibal Holocaust que ça ne lui irait que trop bien. Et cette reprise de break qui te sert un wall of death et un beau nuage de poussière dans les pits des festivals sur un plateau d'argent ! Ensuite, dans un délire totalement différent, j'ai aussi beaucoup aimé le côté mid-tempo sympho/mélodique de « Agony Or Defeat » qui sait amener l'intensité mélodique de manière beaucoup plus marquante que sur Machine Messiah à mon sens. Ça prend aux tripes et nul doute que tu entends ça en live, tu laisses tes cordes vocales au sol à force de brailler le refrain en levant les bras aux ciel. Et sans aucune chance que tu puisses les ramasser après, les « Refuse / Resist » et « Roots, Bloody Roots » de rappel les laisseront en charpie .

Réponse attendue par le correcteur : C’est là que commence notre désaccord, puisque les deux morceaux qui sortent du lot sont par ordre d’apparition « Last Time » pour son côté franc du collier presque punk-hardcore mais avec le sel qui fait l’identité de l album sur la deuxième partie du morceau avant un final explosif. Le deuxième morceau qui sort incontestablement de ce disque c’est « Autem » déjà par sont intro gavée d’effet sur les guitares, ce côté détendu du chant sur un metal heavy/thrash fluide et moderne et un côté finalement très sombre apporté par Predator et une batterie toute zou-zou da Brasil.

Je vous accorde que se sont sans doute les morceaux les plus simples de l’album mais aussi les plus efficaces.

 

  • Maintenant citez deux morceaux qui pour des raisons inverses sortent du lot :

 

« Fear ; Pain ; Chaos ; Suffering » qui clôture les hostilités laisse un drôle de goût en bouche. Peut-être est-il mal placé dans le tracklisting et aurait eu plus de sens s'il était calé entre deux passages plus vénères, toujours est-il qu'un titre hyper mélodique limite pop qui se permet de plus l'audace de laisser la part belle à une voix féminine juste à la suite d'un titre pas forcément plus agressif (« Agony Or Defeat » précédemment cité donc), ça fait too much. D'autant plus que le titre en lui-même se situe à une échelle de qualité moindre vis-à-vis de tout le reste, pas qu'il soit mauvais en soi, juste terriblement passe-partout. Du reste, je n'ai rien à redire sur tous les autres titres.

Réponse attendue par le correcteur : Contrairement à vous « Capital Enslavement » restera un échec : déjà une intro au violon sur le quatrième morceau c’est bizarre. Sur le premier morceau elle aurait annoncé la couleur du disque ça ne m’aurait pas choqué ; mais la je trouve ça au mieux manqué au pire catastrophique puisque le motif rythmique des violons n’est jamais repris par un lead de guitare. On le retrouve certes sur la rythmique mais alors que ça devrait être un élément fort du morceau il est oublié jusqu’à leur ré-apparition qui tombe comme un cheveu sur la soupe qui enchaîne sur un plan guitaresque faisant tomber dans l’oubli cette mimique. Et c’est fort dommage car sans les violons ce morceau serait très fort de par son chant vraiment maîtrisé et varié et le côté très primaire de la composition qui tranche avec ce violon.

Quandtà « Raging Void » c’est le gros raté de l’album, mou, long (alors que c’est le morceau le plus court) sur ce morceau Sepultura se parodie tout ce qu’ils ont fait depuis A-lex.

 

  • En plus de l’aspect technique de production, quel apport à d'après-vous fait bénéficier Jens Bogren à Sepultura ?

 

Déjà, on remerciera Bogren de ne pas être resté dans le délire Baby Metal. Parce que bon, Sepultura a beau se permettre toutes les audaces avec Quadra, je doute que les délires de dolls nippones auraient été de bon goût. Mais en ce qui concerne le boulot de production de Bogren, on lui reconnaîtra son côté très moderne sans que le côté organique n'en pâtisse trop. On n'est pas dans les délires cyber glaçants surproduits, on est plutôt à mi-chemin de cela : ça a de l'impact, de la clarté mais ça reste tiède quand même. Par-delà du son en lui-même, j'imagine que Bogren a dû également mettre son nez dans les arrangements. Si c'est le cas, on peut aussi applaudir cet aspect tant c'est également un point fort de Quadra : parvenir à être varié, proposer des idées nouvelles qui sortent complètement des frontières du thrash (éléments symphoniques, acoustiques flamenco, hardcore, black et on en passe des vertes et des pas mûres) sans jamais perdre en pertinence et en harmonie d'ensemble. Tout s'imbrique sans qu'on n'ait rien y trouver à redire, sans jamais choquer ou ressentir le moindre moment « what ze fuck, c'est nawak ». Bref, Borgren a peut-être eu ce rôle de garde-fou pour poser un cadre à une créativité débordante pour la sublimer d'autant plus.

Réponse attendue par le correcteur : Jusqu’ici même si je n’étais pas d’accord avec vos arguments je les comprenais, mais là vous faites un hors sujet complet, déjà par l’évocation de Babymetal qui est un disque de commande pour un groupe d’idol dans une industrie du divertissement japonais rigide et codifié. Et surtout vous ne prenez pas en compte que Jens Bogren a produit pas mal de Katatonia et d’Amorphis (crédité pour les arrangement) du Paradise Lost, Amon Amarth, Opeth, une majorité de groupes qui ne l’ont pas attendu pour des arrangements sympho ou grandiloquent, rococo ou dark. Alors même si d’après vos réponses tous ces arrangements vous plaisent vous ne les entendez jamais dans le contexte du groupe Sepultura, je ne nie pas qu’il a sans doute apporté son savoir pour la couleur sombre du disque mais qu’il s‘est emballé et que dans le moment le groupe a trouvé ça bien.

 

  • Que retenez-vous des quatre musiciens, lequel selon vous apporte une touche unique sur cet album ?

 

Difficile à dire : chacun a bien fait son boulot sur Quadra. Mais bien entendu, on peut revenir sur les deux figures sur qui on pointe toujours les projecteurs. A savoir, Andreas Kisser qui reste un putain de guitariste clairement sous-estimé de la scène metal et il le montre encore aujourd'hui (« Quadra », « The Pentagram »). A se demander d'ailleurs pourquoi les gens préfèrent se focaliser sur Max Cavalera qui est obligé d'enlever deux cordes pour pouvoir jouer (gentille boutade !). A se demander également pourquoi les gens s'y focalisent davantage en laissant de côté Derrick Green qui lui a pris sa place fièrement et abat également un putain de taf vocalement parlant sur cet album (« Agony Or Defeat » et un certain « Autem » où le registre black n'est clairement pas loin).

Réponse attendue par le correcteur : Contrairement à vous je ne pense pas qu’Andrea Kisser soit sous-estimé ,très peu de commentaires sur ses qualités ne font pas de lui un mauvais guitariste, c’est juste que Sepultura ne fait partie des groupes du devant de la scène et que dans ces conditions il est encore plus dur de sortir du lot, cependant sur Quadra je trouve qu’il a parfois tendance à en faire de trop et que malheureusement parfois ça s’esbrouffe dans le vide. Les deux grosses plus-values de cet album sont le chanteur qui s’impose encore plus dans le groupe avec une présence bien marquée sur les passages obscurs et une grande variation de chant accompagnées d’un discours un peu plus compréhensible. Mais s’il faut retenir UN membre du groupe c’est évidement le batteur benjamin du groupe qui apporte encore sur Quadra sa fougue et son talent, depuis le batteur originel c’est clairement le meilleur batteur de Sepultura, il a réussi à ré-intégré dans les compos ces rythmiques et une façon de jouer qui nous rappelle les années nonantes.

 

  • Où placez-vous artistiquement ce nouveau Sepultura ? (dans leur carrière et dans le contexte musical actuel).

 

Quadra reprend l'esprit créatif de Machine Messiah. Mais en poussant le bouchon encore plus loin. C'est un album qui a tous les arguments pour rallier tout le monde : le retour aux racines est un appel aux anciens pour rappeler que Sepultura est encore vivant. Et qu'il a très envie d'en découdre. Sur les planches, une bonne moitié de ce Quadra promet de coller de belles mandales jusqu'à ce qu'on y laisse les dents. Mais aussi de faire passer le message qu'en plus d'être encore là, il a envie d'avancer. Il amène de nouvelles choses dans sa besace, il enrichit sa formule mais ne la défigure pas non plus totalement.

Réponse attendue par le correcteur : Quadra reprend effectivement l’esprit créatif de Machine Messiah mais là où Machine Messiah avait un côté rock’n’roll plutôt direct, Quadra cherche à en faire plus et en fait trop avec tous ses arrangements largement dispendieux n’arrivant pas forcément à capter l’auditeur ou à se fondre dans les morceaux. Je pense aussi qu’il est le pont entre A-lex et Machine Messiah.

 

  • À l’écoute de Quadra et après analyse studieuse, quel élément modifieriez-vous ?

 

S'il faut pinailler, une petite inversion dans le tracklisting entre « The Pentagram » et « Fear ; Pain, Chaos ; Suffering » aurait pu être pas mal. Terminer par un instrumental pour redescendre en douceur aurait été de bon ton. Et pour le second, peut-être aurait-il gagné de mise en valeur. Peut-être...

Réponse attendue par le correcteur : Encore une fois nous sommes à la fois d’accord et pas d’accord. Je trouve que cet album manque cruellement de rythme. Pour la tracklist en l’état actuel des morceaux je mettrais « Capital Enslaved » en premier, « Guardians Of Earth » en neuvième position avant « Quadra » qui fait parfaitement l’affaire en outro, après une piste blanche et pour clore l’album je mettrais « Fear ; pain ; Suffering » en hidden track rtl2 pop-rock station. Et en 99 position « Agony Of Defeat » c’est bien parce qu’il ne faut pas gâcher mais vraiment qui va écouter la 99ème piste d’un disque ?

Par contre si je suis le directeur artistique ou producteur j’enlève tous les violons. Franchement mettre des violons sur une intro tribal ? Qui pense que c’est une bonne idée ? Fallait mettre du bérimbau, et là « Capital Enslavement » prenait une autre tournure. J’équarris les solos de guitare (celui de « Pentagram » on a l’impression qu’Andrea a mis toutes les idées qu’il n’a pas pu caser ailleurs), je n’enregistre pas « Agony Of Defeat », morceau inutile et rococo. En gros je ne prends pas Jens Borgen comme producteur.

 

  • À partir des éléments précédents comment pensez-vous que Quadra vieillira dans la discographie de Sepultura ?

 

On espère que le public y répondra favorablement, qu'il arrête de pinailler sans savoir que « sans Max, c'est de la merde ». Il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis comme on dit. Parce que pour le coup, Sepultura le mérite : ce Quadra gagne à rester dans la postérité comme un classique que l'on n'osait plus attendre après une telle longévité de carrière. De la même manière que la dernière déflagration d'Entombed A.D. , Bowels On Earth.

Réponse attendue par le correcteur : Quadra par ses longueurs et son manque de rythme ne devrait pas devenir un incontournable de Sepultura, mais devrait passer le stade du live agréablement avec « Last Time », « Antem » peut être « Capital Enslavement » débarrassé du superflu mais il y aura encore cette fois-ci le manque d’un guitariste rythmique. Il devrait moins bien vieillir que Machine Messiah qui est peut-être plus brut mais largement cohérent.

 

 

C'est que Monsieur Sepult' a beau débuter dans l’Éducation Nationale, il a vite compris ce qu'il y avait à faire pour détruire des générations entières de gosses... Non mais une interrogation surprise ? Sérieusement ? En plus, ce n'est pas un QCM ? Les questions sont ouvertes comme c'était le cas il y a dix ans ? On ne peut même pas négocier les bonnes réponses comme le prévoyait à un moment donné la réforme de l'orthographe ? Cette peau de vache quoi...

 

En plus, ça ne m'a même pas laissé l'occasion de dire à quel point Quadra était de la bombe. Et ce, dès « Isolation », titre vitrine dévoilé en amont, qui prend tout son sens en constatant son rôle d'ouverture des hostilités. J'y retrouve, d'une manière évidemment très différente, une sensation similaire à l'intro du In Cauda Venenum d'Opeth, dans le sens où tout le côté symphonique pompeux sait faire comprendre que c'est un album majestueux. Et que lorsque ça démarre véritablement, c'est la grosse gifle. Jusqu'au bout (enfin presque). On finit même un peu groggy au coin de la pièce la première fois tellement elle est bien sentie. Sepultura montre ici qu'il est loin d'être ce groupe qui n'est plus que l'ombre de lui-même depuis que les Cavalera's Brothers ont quitté le navire comme beaucoup aiment le penser. Au contraire même, ce sont ces derniers qui sont totalement à la masse. Tellement qu'ils se sentent obligés de regarder dans le rétro et faire des tournées nostalgie. Alors que Sepultura avance. Sur Quadra, il déboule même à toute vitesse. En regardant parfois dans le rétro, histoire d'éviter le carambolage, mais surtout en filant droit sur l'autoroute. Et vraiment, avec une telle galette sous le bras à proposer, on ne peut qu'attendre les Brésiliens de pied ferme tant il a tous les arguments pour affoler salement la terre battue de l'Altar en juin prochain.

 

NB : Que les féministes redescendent d'un cran. Cette chronique a été élaborée sans aucune pression de harcèlement sexuel comme le « jouer à la maîtresse » aurait pu le laisser supposer. Qui prendrait au sérieux un dreadeux en latex et porte-jarretelles ?

 

NB(Bis) : N'y voyez aucune animosité envers le corps enseignant : ce n'était que du second degré. On en a même dans nos rangs, c'est dire.

 

NB(Ter) : Merci à Sepulturastaman de nous avoir fait l'honneur de sortir de son trou. Il m'a même dit de dire qu'il avait un joli tapis volant dans cette chronique. C'est qu'il n'est pas si ronchon après tout...

photo de Margoth
le 07/02/2020

14 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 07/02/2020 à 08:54:06

Un disque très costaud en effet, qui m'a réconcilié avec le groupe. Et une note méritée

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/02/2020 à 11:34:30

Une forte première impression en effet. Pas au point de Xuxu car pas assez écouté. Sinon faut arrêter de faire des supers kro, les copaings, certains ont honte...

Margoth

Margoth le 08/02/2020 à 00:20:49

Faut remercier Sep' , c'est lui qui a eu l'idée de base. J'ai juste habillé un tout ça pour le rendre moins austère (d'autant plus que c'est bien d'avoir deux poids, deux mesures finalement).

Margoth

Margoth le 08/02/2020 à 00:23:12

Mais merci Xuxu, tu me rassures. Ce matin, quand j'ai vu les remarques de Sep', j'ai presque cru que j'étais encore trop bonne public ;)

sepulturastaman

sepulturastaman le 08/02/2020 à 02:15:02

Tu es trop bonne public ;)

cglaume

cglaume le 08/02/2020 à 06:55:02

Une très belle chro à 4 mains :D

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 08/02/2020 à 09:43:55

Avec pareille chronique, le mauvais goût devient impossible. Proficiat les zamis !

dayedayedaye

dayedayedaye le 09/02/2020 à 08:57:47

Merci pour cette chronique !!! Unique ah ah .
Et l'album mon dieu quel album , je rejoins la presque perfection de la note attribuée , masterpiece pour ma part !!

Seisachtheion

Seisachtheion le 09/02/2020 à 18:10:58

Hé ben, je ne m'attendais vraiment pas à une telle poutre ! La bestiasse à la batterie y est pour bcp !

8oris

8oris le 10/02/2020 à 16:38:37

Super chronique, en tout cas super format! Bravo!
Par contre, au risque de passer pour un gros blasé, je trouve cet album très très moyen.
Pour commencer, je n'aime pas du tout le mixage. Le son des guitares est vraiment pas folichon, encombré dans les bas médiums, ça manque de jus pour moi donc de patate pour moi. Ca sonne brouillon et les exemples sont légions ("Autem" est le plus criant).
Le kick et la snare sont tout mous. Dommage, parce que le mec envoie de la tartinade quand il veut.
Je n'aime toujours pas les solos de Kisser qui sont toujours un peu foutus pareil, sont hypra datés, et son espèce d'effet "rotary sound" sur les solos, c'est très moyen.
Je passe sur le côté tribal pas toujours bien amené (l'intro de Capital Enslavement) et sur Derrick Green qui sonne comme un Dez Fafara mal réveillé et qui est sans saveur en clean (Agony Of Defeat).
Les choeurs sur "Guardians On Earth" ne fonctionnent pas vraiment, épique non, epic-fail oui!
Il y a des morceaux qui essaient d'être lourds et sont en fait tout plats comme "Raging Void". Le refrain qui se veut fédérateur ne fonctionne pas du tout. Et puis ce groove de batterie, tu trouves pas que ça déconne? Là, pour le coup, c'est moi qui ne pige pas ! ;)
Et Autem qui tente un dialogue de guitares mais qui est complètement râté parce que tu en as une qui sonne "djouing djouing" tribal et l'autre défonce tout avec son mixage hyper moderne trop en avant. Ca n'est vraiment pas fin.
On parle aussi du morceau acoustique de 46 secondes qui ressemblent à rien et n'apporte pas beaucoup plus ou "Agony of Defeat" avec ces notes d'intro qui me rappelle "Free From Desire" de Gala?
Après, il y a quelques riffs très sympas, des ponts instrumentaux très bien tournés (celui de Last-time, Pentagram malgré le mixage des OH hyper fatiguant) mais franchement, ça ne me réconciliera pas avec le groupe de mon enfance et je pense que Sepultura fait partie de ces "vieux" groupes rincés par les années, qui tentent tant bien que mal de se ré-inventer sans trop de succès.
Enfin, la pochette. Mais bordel de merde, être un groupe de métal et mettre un crane sur la pochette de ton album, c'est tellement original et bad-ass en 2020. Et en plus, ils nous colle ça dans une veille pièce façon proto-monnaie histoire de rappeler le côté tribal du groupe. Franchement...
Bref, my two shitty cents! Il a l'air de plaire donc c'est probablement moi qui aie des goûts discutables.

Seisachtheion

Seisachtheion le 10/02/2020 à 17:16:57

J'ai bien fait de conseiller 8oris de mettre ce message FB, très étayé niveau tech musicale, sur ce fil de commentaires...
... N'est-ce pas les gars !? ^^

8oris

8oris le 10/02/2020 à 19:00:26

Je sens que je vais me faire taper! ^^

jim14

jim14 le 15/02/2020 à 17:18:11

Je rejoins l'avis de 8oris, très moyen. la prod est est brouillone, le kick est pla, ça manque de précision, les guitares sont brouillonnes, bref la sauce prend pas ...à part 2- 3 trucs par là..ya rien à faire j'adhère pas du tout au type de chant de D.Green, des fois t'as envie de lui dire " ahhhh lais ta gueule putain" il crie trop par moment, il devrait s'abstenir sur certains passages. les solos sonnent vieillos, t'as l'impression d'écouter des chutes de Chaos AD ou Arise. toujours cette putain de wahwah pour noyer le manque de créativité dans les solos, c'est navrant. j'en attendait beaucoup de cet album, je suis déçu.

georges

georges le 09/03/2020 à 08:58:34

Quel gâchis de mettre un batteur aussi bon dans un groupe aussi moyen. Ils essaient de cacher la misère avec le talent du mec. Ils n'ont de sepultura que le nom. Pour des mecs qui soient disant avancent pourquoi garder ce nom? Quitte à ne plus sonner sepultura autant changer de nom, ils auraient gagné en dignité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Kalisia - Skies
Chronique

Kalisia - Skies

Le 15/01/2012

BaK - août 2011
Interview

BaK - août 2011

Le 23/09/2011