Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas)

  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip (report)
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo1
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo2
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo3
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo4
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo5
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo6
  • Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip - photo7
J'avais interviewé sur ces pages l'organisateur, avec mon groupe j'ai participé aux deux premières éditions, je ne pouvais donc pas louper celle-ci. On peut dire que je commence à connaître cette partie là de la Hollande, et je m'appuie là dessus pour vous en donner une vision.

La première chose qui frappe au Mudfest, c'est le son. L'idée est de ramener des groupes dont les styles tournent autour du Sludge/Doom/Stoner, grosso modo. Mais surtout, le leitmotiv est que ces groupes aient une propension à jouer fort, sur de gros amplis à lampes. Les groupes participant au Mudfest le savent bien, on ne peut pas jouer fort partout, et le nombre de fois où des fans ont invité leur groupe préféré à jouer dans leur ville, et où ils se sont retrouvé face à un limiteur de décibels imprévu au programme... Ces situations là sont très difficiles. En revanche, le Mudfest est un havre pour le volume, les infra-basses y donnent d'agréables vibrations au ventre, et le public vient majoritairement pour retrouver cette sensation de puissance. La Hollande est décidément la Mecque du Doom à fort volume, et il est bon de s'y retrouver parfois.

Le petit festival a compté environ 250 entrées, l'intimité était donc de mise, il y avait un excellent stand hamburger/frites (que demande le peuple ?!), un large espace pour le merchandising des groupes, deux salles de concerts, comme l'an dernier, mais cette fois-ci le son était mieux maîtrisé à l'étage (la plus petite salle). La bière est à 2€20, les sorties ne sont pas définitives, on est proche de la gare... Non, décidément, je ne crois pas avoir trouvé de défaut à une telle organisation.

Allons-y pour les groupes donc. Vous noterez avec désapointement que j'en ai raté un bon paquet, notamment le Vendredi, et je préfère le dire tout net, soit je ne me souviens pas assez de la prestation du groupe pour en dire quelque chose de pertinent, soit je n'ai tout simplement pas participé au concert, ou alors seulement cinq minutes.

VENDREDI 1er Novembre.
Seulement trois groupes ont joué ce soir là, dans la grande salle uniquement. Le public était néanmoins au rendez-vous et, si je ne me souviens pas très bien du premier groupe Stonerfront Nijmegen, il me semblait pourtant en avoir une impression assez agréable. Désolé pour eux.

Abrahma : Je l'avoue, l'album qu'ils ont sorti m'a donné une véritable impression de répétition dans le genre, une sorte d'aubaine qui calque le fourre-tout Stoner qui-marche-en-ce-moment, et cela ne m'avait absolument pas captivé. J'ai donc été fort surpris ce soir là par la prestation du groupe, qui avait le bon sens de varier son set et d'y proposer des ambiances différentes mais puissantes, maîtrisant un stoner rock "mais pas que" m'ayant fait ravaler la mauvaise langue que je suis. On y sentait quelque chose d'authentique. Chapeau, messieurs.

SAMEDI 2 Novembre.
J'arrivais trop tard pour voir le show des Acid Deathtrip, mis en avant garde à 14h pour attirer la foule et commencer sur un bon pied le festival. Je fus consolé en tapant la causette avec les larrons, avec qui on avait déjà partagé une date auparavant. Apparemment, ils étaient contents de leur prestation.

Mantra machine : un bon début pour ce Samedi qui s'annonce chargé ! Le groupe est instrumental, et appuie son propos avec un orgue typique 70, dont le son est maîtrisé par un effet leslie modulé par PC. L'effet rendu était tout à fait cool. Quelques bons riffs piochés dans des ambiance Sabathiennes, et un bon moment de passé.

Rorcal : un son puissant, une musique extrême s'il en est, un chant criard et le tout formant un assomoir à cages à miel. Je suis friand de gros son, mais pas d'extrême pour autant. La prestation était puissante, mais je n'ai pas pu tenir la moitié. Rorcal n'en a pas moins réussi sa prestation.

Pilgrim : Ce groupe est responsable de la meilleure prestation du festival, à mon avis. Je pense que pas mal de gens me rejoindront là dessus. Le Doom joué de manière traditionnelle vit bien, mais il est vrai qu'à par les dinosaures du genre on en voit peu qui percent. Saint Vitus, The obsessed, Pentagram, Pagan Altar, ok. Mais il y avait aussi Reverrend Bizarre, cet excellent groupe qui n'avait pas son pareil pour proposer des ambiances lourdes et oppressantes comme le serait une salle de tribunal d'inquisition.

Reverrend Bizarre, ce groupe mortel qui n'aura joué en concert que très peu de fois et qui a déjà rendu les armes. Pourtant, combien d'entre nous auraient rêvé de les voir jouer en live une fois ! Pilgrim permet de mieux faire passer la pillule; mon avis vaut ce qu'il vaut, mais je fait tout de suite le rapprochement entre les deux groupes que sont Pilgrim et Reverend Bizarre, ne serait-ce que par la tessiture de la voix, la rythmique qui ne connaît que le mode binaire, et enfin un son très puissant que l'on ne retrouve pas dans toutes les formations de Doom traditionnelles.

Comment le concert s'est-il passé ? Je me rapelle qu'à un moment le chanteur et le batteur choppent une banane et la mangent entre deux morceaux. Le chanteur en mange un bout et jette le reste dans le public. C'est pas très grave, on peut dire que c'est un peu rock'n'roll, mais en tout cas j'ai rien compris, pas plus que la personne qui l'avait reçue sur le bide. Mis à part ça, le groupe était acclamé, et les morceaux de leur dernier album tels que Astaroth et Misery wizard très attendus.

Cultura tres : un show impressionnant, le groupe Venezuelien venu remplacer au pied levé Pendejo (le groupe de l'organisateur du fest, du stoner chanté en espagnol par un groupe hollandais). L'ambiance de Cultura tres est sordide, raide, poisseuse, mais surtout, sournoise. Le rythme avance lentement, toujours, et l'on palpait cette malévolence pendant le concert. Le frontman au visage acéré ne ménageait pas ses effets, et maîtrisait entièrement ses différents registres vocaux. En somme, j'avais l'impression d'être en face d'un Alice in chains, mais celui du côté obscur, définitivement. Un peu de Soundgarden aussi vu la voix et certains riffs, en fait j'ai surtout pensé au morceau "4th of July". Et enfin j'ai aussi eu l'impression d'avoir un Sepultura période Roots en ralenti. Une bonne surprise, et un groupe disposant d'un énorme potentiel.

Windhand : En dehors de ce qui concerne la voix, le son était parfaitement équilibré et très puissant. Mais l'on n'entendait vraiment pas la voix de cette pauvre Dorthia qui semblait littéralement se débattre dans cette masse de fuzz cottonneux. J'aime Windhand, j'ai écouté leur premier effort et je le trouve très prometteur. J'ai écouté le deuxième album, paru sur Relapse (tout de même), il est pas mal aussi mais j'en attendait beaucoup plus en terme de complexité d'écriture. Windhand ne cherche pas à surprendre l'auditeur, mais alors ça pas du tout. Et la règle de "pas plus de trois riffs par morceaux malheureux" a pour moi un effet néfaste, surtout quand parmi ces riffs on en trouve beaucoup qui me paraîssent inutiles, ou tout du moins peu pertinents. Je pourrais écouter le disque chez moi avec une bonne bière et l'apprécier ainsi, mais en concert j'ai eu du mal à rentrer dans le vif de leur sujet.

Toner low : le batteur avec ses lunettes de soleil a bien la classe, le décor de lampe à lave qui illumine sa grosse caisse l'est tout autant, et on excusera les feuilles de cannabis qui jonchent le mur du fond, car il faut bien admettre une chose, c'est exactement le propos de Toner Low, ça et pas autre chose. Le son était plus lourd qu'à l'accoutumée, je pense que c'est l'effet "Mudfest", et les sub que l'ingé son utilise à merci. Maintenant, je dois bien avouer que leur dernier album ne m'a pas captivé jusque là, et leur concert ne m'aura pas encore fait changer d'avis puisqu'ils ont joué pour une grande partie ces morceaux là. La fatigue accumulée par cette journée n'aidait pas non plus, et Melinda la bassiste me disait elle aussi qu'elle détestait jouer en dernier, on accumule trop de "stress pré-concert"... Et surtout, même pas le temps de décompresser après en profitant de la soirée (avec des bières par exemple).

Crédit photo : Ulla Roschat.
photo de Carcinos
le 16/11/2013

Les photos

Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo1Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo2Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo3Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo4Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo5Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo6Mudfest 2013 (Rorcal + Toner low + Windhand + Acid Deathtrip) le 02/11/2013, Perron55, Venlo (Pays bas) - photo7

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Roll The Dice - In dust
Serrabulho - Star Whores