HIGH ON FIRE + HANGMAN'S CHAIR + EIBON le 07/09/2007, Le Gibus, Paris (75)

HIGH ON FIRE + HANGMAN'S CHAIR + EIBON (report)
Ca ne fait que quelques mois que la programmation du Gibus s'est rouverte à des plateaux metal/Hardcore et on ne s'en plaindra pas. Une salle de plus sur la capitale nous offrant des concerts intéressants, ça fait toujours plaisir, surtout lorsqu'elle possède une bonne capacité de remplissage, même s'il n'est pas tout à fait possible d'assister au concert de n'importe où, mais j'y reviendrai... S'il était possible de coller des sponsors à ce genre de plateau, Jack Daniels pourrait y voir son logo apparaître quelque part. En effet, les trois groupes de ce soir ont chacun leur petit côté southern et même jusqu'aux riffs l'on peut sentir les effluves de malt s'évaporer et se frayer un chemin à travers un nuage de fumée opaque et dense.

Désolé pour les amateurs d'EIBON, mais j'ai lamentablement failli à ma tâche en passant complètement à côté de leur set, étant pourtant arrivé à l'heure j'ai passé un peu trop de temps à l'entrée à discuter, ça m'apprendra...

On passe donc directement aux parisiens d'HANGMAN'S CHAIR, groupe né d'une partie des feu-ES LA GUERILLA et autour duquel est né un gros engouement depuis un an environ, période pendant laquelle les 5 gaillards ont multiplié les concerts et se sont forgés une solide réputation scènique (ainsi qu'ethylique mais ça c'est une autre histoire...); le temps également de passer en studio enregistrer « A Lament for the Addicts »: leur premier LP. Leur prestation de ce soir sera à la hauteur de leur réputation: intense, puissante, fleurant bon le bourbon et d'une efficacité qui n'aura d'égale que la lourdeur de leurs riffs. Ca envoie de la crinière avec abondance, ça remue pas mal et la voix du chanteur façon crooner à la mode confédérée vient un peu tempérer l'ensemble, usant rarement de ses cordes vocales dans un registre grave ou hurlé; ce qui fait d'ailleurs un peu l'originalité de ce combo. Le public étant totalement acquis à leur cause, le show des HANGMAN'S CHAIR se déroulera dans une ambiance d'autant plutôt chaude, juste ce qu'il faut pour préparer la salle à HIGH ON FIRE.

Mike Pike et sa bande prennent ensuite possession de la scène du Gibus et ouvrent les hostilités avec 'sons of thunder' (morceau de clôture de « Blessed Black Wings »), départ tout en douceur donc et qui laisse augurer du meilleur, ce jusqu'à ce que la basse ne commence à envahir tout l'espace sonore du coin où je me trouve. Le son est exécrable (la basse beaucoup trop forte) et certaines parties de gratte sont tout simplement inaudibles, sans parler de la voix où, là, il faut vraiment se concentrer pour tout capter (Mr Pike n'utilisant ne chantant déjà pas à volume égal, ça empire la chose) cela s'améliorera par la suite en se déplaçant du côté de l'ingé son (à droite), mais ce n'est toujours pas byzance. Ces désagréments mis à part, les HIGH ON FIRE se démènent plutôt bien et les titres issus du dernier en date « Death is this Communion » ont l'air d'être bien accueillis par le public, même si on a pu déceler un léger mou vers le milieu du set, du à un titre plutôt linéaire et très long. Ce batteur a toujours sa frappe implacable et son jeu si énergique et impressionant, le bassiste manque peut-être un peu de charisme par rapport au précédent (que l'on a pu voir lors de leurs venues au batofar) et Mike Pike assure, quant à lui, toujours le spectacle avec ses mimiques, son débardeur crasseux et ses soli de grattes exécutés impeccablement avec sa neuf cordes de l'espace. Côté setlist, on a le droit à du « Surrounded by Thieves » ('Eyes and Teeth' – 'Hung, Drown and Quartered' entre autres...), quelques extraits de « Death is this Communion » et un (trop?) peu de « Blessed Black Wings » (qui reste mon préféré, de loin) avec, outre 'sons of Thunder', 'the Face of Oblivion' et un 'Devilution' incontournable pour finir ce set en beauté.

Bilan assez mitigé, donc, à l'issue de cette soirée: autant le set des HANGMAN's CHAIR m'a bien convaincu et, ce, grâce certainement à un son beaucoup plus équilibré, autant celui d'HIGH ON FIRE m'a plutôt laissé de marbre (par rapport à leurs précédentes prestations dans la capitale). J'espère que ces difficultés sonores restent ponctuelles et que cela ne vient pas de l'accoustique de la salle, sans ça il va être difficile de se faire plaisir avec un son tel que ce soir.
photo de Mat(taw)
le 11/09/2007

1 COMMENTAIRE

Gangbang Cheng

Gangbang Cheng le 12/09/2007 à 23:20:06

Merci de ton interêt mec :) ! A bientôt en concert sans doute !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019