Vans Warped tour 2010 (Parkway drive + Bring Me the Horizon + Suicide Silence + The dillinger escape plan + Polar bear club) le 10/07/2010, Parce Jean Drapeau, Montreal

Parkway drive + Bring Me the Horizon + Suicide Silence + The dillinger escape plan + Polar bear club (report)
10 juillet 2010...Date que j'attends depuis plusieurs jours comme un gosse attend l'arrivée du Père Noël.
Le Vans Warped Tour représente LA grosse machine américaine, LE festival punk/rock/metal/hardcore/pop itinérant...Presque deux mois de tournée estivale en plein air à travers tous les Etats-Unis et le Canada. 100 groupes qui tournent constamment ensemble tout l'été, ca parait de suite impressionnant. Pas mal de groupes attirent mon attention, la cuvée m'a l'air pas mal du tout cette année. Bienvenue en Amérique...

Compte tenu des conditions de l'évènement, je me dis que ça doit être un sacré bordel au niveau de l'organisation...
Comment gérer tous ces groupes? Tous ces stands? Toutes ces tentes et j'en passe....
A l'arrivée sur le site, tout roule. Obtention du pass press dans la minute, pas de queue pour accéder au site, sécurité aimable, soleil de plomb, bref, tout laisse présager une bien bonne journée.

Il faut savoir que nous arrivons sur le site a midi (les concerts commencent vers cette heure), et nous accédons directement à la scène principale ou, non je ne rêve pas, Dillinger Escape Plan est déjà entrain de jouer! Dillinger Escape Plan qui ouvre le bal?! Et pourquoi pas Jimi Hendrix en première partie de Johnny (quoi? C'était a l'Olympia en 66...Ah bon...)? Pas le temps de découvrir le site, les 5 gusses acrobates sont déjà bien chauds...Chaud comme le soleil qui vous tape sur le ciboulot. Le public se réveille, l'ambiance est un peu mollassonne, mais Dillinger fait son boulot comme à son habitude. Séance de nunchaku guitaristique, headbanging de l'extrême, escalade d'éléments divers, rafales de notes intersidérales.
Bref, un set de qui envoie...peut-être un peu moins qu'à l'accoutumée. Mais pourquoi les faire jouer si tôt??? Au moins, ca commence fort...

Après ce réveil des plus agréables, il est temps de prendre connaissance du site, et surtout de chopper le programme de la journée,vendu 2 dollars...Pas bien grave, l'orga a installe un panneau géant définissant le programme de la journée et...Oh putain! Suicide Silence joue dans 5 minutes sur la scène Altec. Elle est où cette scène?..."De l'autre cote, au fond."(Merci la sécu, bien agréable et renseignée dis donc).

Je cours donc à moitié et arrive a temps pour les premières notes de "Wake up", single issu du dernier album, "No time to bleed". La fosse est ultra blindée, les kids sont au taquet, la chaleur est de plus en plus pesante et le combo californien est dans la place.
J'ai longtemps été réticent à ce trendy/fashion/slim/broootal band, et j'ai commencé à apprécier la lourdeur, le son, la rage...Et aujourd'hui, je valide a 100%. Le "Wake up" dévastateur est directement suivi de "Lifted", c'est le cassage de nuque assuré.
Je suis frappé de plein fouet par le charisme impressionnant de Mitch Lucker (détracteurs, jetez moi la première pierre), le multiple panel vocal du frontman fout une sacrée claque en live. On enchaine avec "unanswered", d'autres titres de "No Time to Bleed", et un petit finish avec "Bludgoned" et "No pity for a corward" ou toute la fosse reprendra les paroles "Pull the trigger bitch". C'est cliché, mais l'ambiance est vraiment bonne, le pit y va de bon coeur, les pill-on s'enchainent pour les quelques sing-along et ça slamme de tous les cotes. Cote scène, ca joue carré, les gratteux envoient la sauce, la batterie frappe comme une mule et le son est vraiment bon. Un concert que je
n'oublierai pas de si tôt, si bien que je suis déjà entrain de penser à leur prochain passage sur Montreal.

L'enchainement "matinal" Dillinger Escape Plan + Suicide Silence m'a donné soif...Une petite mousse ne serait pas de refus.
Trouver la "buvette" parmi tous ces tentes et ces scènes s'avère être une mission des plus compliquées. Et le fait de ne voir personne avec un
godet a la main commence à m'inquiéter. Il est hors de question de me taper une journée monster energy drink en fest. Miracle! Je vois des gens descendre
passerelle avec des verres budweiser. La sécu (toujours aussi aimable) nous indique la direction pour le bar, qui ne se trouve pas sur le site exact du fest.
L'arnaque...Il faut se taper une petite marche a pieds pour aller jusque là bas. 6 dollars la bud en plus...Les salauds...Nous prendre en otage par cette chaleur,
car oui, la chaleur est écrasante. C'est pas tout de bronzer les pieds en éventail en admirant toutes ces filles tatouées, je sais que Bring me the Horizon joue bientôt.

Retour sur le site (environ 10 minutes de marche) pour le set des brittons les plus "populaires" du metalcore mondial qui vont investir la mainstage dans quelques minutes...
Autant vous dire que la fosse est compacte. Coup d'oeil sur le programme de la journée, et horreur, je me rends compte que je viens de louper Every time I die sur
sur cette même scène. Quel connard...
Oublions, BMTH débarque, quelques cris stridents d'emo prépubères sont vite calmés par les premiers stage divers qui n'hésitent pas à mettre les pieds en premier histoire de bien fermer leurs gueules (désolé, j'ai vraiment du mal avec cette fanbase) sur l'intro de "Diamons aren't forever" reprise par tout le public. A l'explosion de la première
mosh-part, ca part dans tous les sens. Les premières chaussures, porte-monnaies, casquettes et autres accessoires commencent a voler de partout. Les slammeurs font des
galipettes au premier rang, et Oli Sykes est bien dedans. Ca sent bon tout ca. Comme tous les débuts de concert de BMTH, le son est bien brouillon.
Mais il ne faudra qu'un morceau a l'ingé son pour remédier le problème. Bon point (surtout quand les sets des groupes ne durent qu'une demi heure).
On enchaine avec "The comedown", premier single issu du dernier album. Avec un bon son, l'enchainement intro + riff qui bute fait sacrément plaisir. Le concert est vraiment lancé, le public est présent des premiers rangs jusqu'aux derniers. Oli Sykes gère sa voix (!!!) et tous les zicos sont (plus ou moins) en place (!!!). Je ne sais pas si c'est l'arrivée de Jona qui a fait du bien groupe, ou les interminables tournées que les Brittons effectuent, mais ca joue nettement mieux qu'il y a presque deux ans lorsque je les avais vu a Paris.
Ca continue avec "Sadness will" ou le frontman de Set Your Goals viendra assurer haut la main les parties chant de Sam d'Architects. Retour en arrière avec la petite bombe "Pray for Plagues"...Des pits se forment un peu partout, ca serre des coudes, et je me sens un peu obligé d'aller tâter de la machoire avec mes talons et marcher sur des têtes au premier rang. Oh que c'est bon...Petite pause pour la suite, avec interlude remix electro bien rythme (issu de l'album de remixes pour les amateurs) de "football season is over" pour suivre sur...Attention..."football season is over"! Très bon titre qui envoie dès le début, gros break bien hardcore UK, encore repris par les premiers rangs et plus, mosh-part et two-step bien lourd...Miam miam! On enchaine avec "For Stevie wonder's eyes only", et bien exécuté, ca passe nettement mieux que ce que j'avais pu entendre auparavant. La fin du concert se profile déjà avec "Chelsea Smile", pas le meilleur morceau,mais assez fédérateur pour ravir tous les fans. Pour la mosh-part finale, tous les membres grimperont leurs amplis, et sauteront au moment crucial (ah non c'est loupé vous êtes en retard) pour gratter leurs cordes au moment adéquate (non ça aussi vous vous êtes loupés). La chorégraphie de trop, le moment inutile et foiré. C'était la minute BMTH, il fallait forcement la faire cette petite connerie. Bon concert néanmoins, avec l'ambiance en prime, des musiciens en place et un Oli Sykes qui n'en fait pas trop, tout en assurant sa réputation de pile.

Petit détour par le programme pour s'apercevoir que le prochain groupe a voir sont les "metalcore kings" de Parkway Drive, une heure et demie à tuer. Alors on se ballade dans le fest, tentes a l'effigie des groupes,marques de fringues, PETA, labels, meet and greet, bouffe chère et dégueu...Il faut aussi se rappeler le Warped Tour est a la base un festival de Punk-Rock! Alors certes il y a une rampe de Skate, mais il y a aussi tous ces groupes (punk-rock donc) qui squattent la plupart des scènes. Etant donne que ce ne soit pas vraiment ma came, je me traine de scène en scène sans vraiment apprécier le son, et me laisse tenter par le bar Bud.

Retour donc sur le site du fest, pour assister au set de Parkway Drive sur la Altec stage. La fosse est archi blindée, la chaleur est assommante, et l'ambiance est toujours là. Les Australiens sont attendus par les kids,et c'est parti pour 40 minutes de show a 200%. Ayant vu mes straight edge préférés une paire de fois, l'unique nouveauté pour moi seront les morceaux de leur dernier effort, deep blue. Fidèle a sa réputation scénique,le groupe balance ses hits avec franchise, fun et lourdeur. Ca s'enchaine très vite, le temps d'élargir le pit pour les karatéka, d'effectuer des roulades sur les premiers rangs pour les acrobates et pour tout le public de reprendre "Carrion!" en choeur a l'intro du morceau."Sleepwalker" passe comme une lettre à la poste, ce morceau est vraiment frais en live. On enchaine avec des titres de "Horizons" et de "Deep Blue", que je ne connais pas vraiment mais qui en live en impose déjà. Le set touche à sa fin, et je suis vraiment étonné et même déçu de ne pas avoir eu droit à un seul morceau de "Killing with a Smile"...Pas de "Gimme A.D" ou "Smoke 'Em If Ya Got 'Em"...C'est triste tout de même. Ca restera malgré tout un bon live de la part des surfeurs amateurs de gros son.

Qu'est ce qui nous attend la suite?...Emmure...Mouaih...Whitechapel? Déjà plus intéressant! Non mais attendez, je ne peux pas louper ça, SUM 41! Je n'aurai jamais l'occasion de les revoir (Si? Non mais payer pour aller voir Sum 41 ça va aller merci...).
Un peu de temps a trainer sur le site avant d'assister au grand spectacle... Trainer devant 2,3 scènes, s'acheter une ou deux bières, acheter 2, 3 fringues, et tomber sur le set de Polar Bear Club! Cool! Je les avais oublié ceux la, et ca aurait été vraiment bête de les louper. Un groupe qui a une telle identité au milieu de ces nombreux clones, ça ne se loupe pas. Leur coté rock/hardcore va à ravir à la scène. Ca se donne, les guitares volent, on sent de la conviction dans les voix et la communication avec le public est au top. La bonne humeur du groupe se transmet aux premier rangs, le soleil toujours aussi lourd y est surement pour quelque chose aussi. Ca reste un bon moment a passer, c'est fun, c'est frais, c'est Polar Bear Club.

Et du coup, SUM 41 va bientôt fouler les planches. On peut dire que c'est le groupe qui aura rameuté le plus de monde...Du coup je me dis que la plus grosse parti du public n'est pas vraiment la fanbase metalcore/deathcore et compagnie. Mais ça fait tout de même bizarre de voir les Sum 41 débarquer sur une si petite scène. On peut entendre les cris de gonzesses des premiers rangs comme lors d'un concert des Beatles, ça risque d'être pénible. Peu importe, on commence direct sur "We're all to blame" qui est à mes yeux (ou plutôt mes oreilles...) le meilleur tube des punk rockeurs. Franchement, rien à redire, ça joue carré et c'est vraiment fun. Tout le monde semble passer un bon moment et chante le refrain en choeur, que c'est beau...On enchaine sur un morceau que ne me dit rien, désolé de ne pas connaitre toute la discographie du groupe. La suite revisite le mega tube MTV "In too deep" et du coup ça jump et ça chante, qu'est ce que c'est mignon, j'en ai moi même le sourire. C'est bien gentil toute cette dose de saturation popisée mais ça commence déjà à me gonfler et sur la scène Altec le groupe le plus metalemo trendy core va venir casser la baraque...
3 morceaux, c'est ridicule pour donner son impression sur un concert, mais je vais quand même la donner. Sum 41, c'est fun mais ça reste Sum 41, même si ça joue bien...

C'est donc un quart d'heure en avance que j'arrive sur la scène située à l'autre bout du fest et les premières lunettes de soleil fluo accompagnées de pantalons slim et T shirt XS aux accents kitsch font leur apparition (mais où était donc cette population?). Je vais pouvoir me situer à un endroit stratégique afin d'apprécier aux mieux le Show d'Attack "Krabcore" Attack! Oui, vous avez bien lu, je ne tiens pas à louper une seule miette du show des minots les plus IN (Vs trve...) de l'histoire des phénomènes metal plus que discutables (je mettrais dans le même panier le Glam metal, et le Neo metal, oui je suis passé par là, enfin mon jeune âge m'a permis d'éviter les permanentes et pantalon en cuir moule burnes tout de même). Le public a pris un coup de jeune (et attention on est au Warped Tour!), mais quelques "coreux" sont déjà prêts dans le Pit. Les Kids arrivent sur scène et les gens sont vraiment heureux, Dieu ce qu'ils ont l'air encore plus jeunes en vrai. Direct, ça se la joue trop, on sait qu'on nous aime, du coup on fait encore plus kékés. Ca démarre avec l'intro du dernier (deuxième en fait) album, arpège (doucement sur les termes...) de piano et mosh-part du plus grand cru Attack Attack! (en fait la mosh-part dite est mega plate mais on s'en fout, on est pas venu pour écouter du bon son) accompagnée de la chorégraphie headbanging L'Oreal, ça y est j'ai le sourire, ils ont réussi. Le refrain est absolument pitoyable avec cet insupportable Autotune et tous les samples mega kitsch derrière. Mais je ne sais pas, le pit, le fait de voir ces boulets on stage, les kids et le soleil font que je passe un moment trippant. Le guitariste se la joue tellement avec ses mimiques à trois francs, c'est génial. Chaque mosh-part correspond aux fameux Attack headbangs, et mine de rien dans la fosse ça se met quand même sur la gueule (si si je vous jure!). Les chansons sont pour moi plus ou moins toutes les mêmes, mais comme je l'ai dit, on est pas là pour la musique proprement dite. Houla, le mega buzz "Sticky sticky" se fait entendre et là le pit est à fond (mais si!). J'attends avec impatience le passage dance et le moment venu je me sens obligé de jumper avec ma gueule de joyeux, du pur bonheur. 40 minutes d'Attack Attack! suffisent pour toute une vie. J'en ai assez mais je me suis quand même vraiment amusé. J'ai oublié, le chanteur a une tête de cochon (ben oui, il faut bien être un peu méchant, sinon je ne serais plus crédible).

Il est passé 19h, la journée se finit vers 20h30, et les groupes qui suivent ne m'intéressent pas vraiment. Je ne ferai donc que trainer et aller à la rencontre des musiciens qui squattent sur le fest avant de repartir après une journée bien remplie. Le Warped Tour c'est assez cliché et trendy, mais ça permet tout de même de voir pas mal de bons groupes en extérieur dans une ambiance bon enfant. A faire et à refaire même.
photo de Kurton
le 10/09/2010

2 COMMENTAIRES

JiBrest

JiBrest le 11/09/2010 à 16:07:37

Les gars de l'orga ont lu le running order à l'envers ou quoi ??? Attack Attack en dernier de cette liste de fous (Parkway, Every time I die, Dillinger...), ça tient du scandale ! Je pense que t'as tout de même réellement dû bien te marrer sur le final Krabcore

kurton

kurton le 12/09/2010 à 16:58:29

Oh mec c'était magique!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Arkona - Lepta
Chronique

Arkona - Lepta

Le 13/05/2012

The Rebel Assholes - Deactivated