PSYKUP + KRUGER + KLONE le 08/05/2005, La Loco, Paris (75)

PSYKUP + KRUGER + KLONE (report)
Après l'interview avec PSYKUP, j'apprends que les SIKTH ont annulé leur venue ce soir et, du coup, tout le programme est décalé : les KLONE n'ouvriront qu'à 20h et à ma montre (enfin mon portable) il n'est que 18h40… bon bah on va aller bouffer alors, gros dilemme: chinois ou Quick? Ah la question existentielle… Allez, le quick du boulevard de Clichy est plus près alors on va manger belge - enfin façon de parler quoi…

19h40, je re-rentre dans une loco à la densité de population très faible; visiblement les parisiens se donnent rarement la peine de se déplacer pour les premières parties - hormis pour les gigs américains avec des 1ères parties ricaines. Il est temps pour moi de me commander une tite mousse au bar, je croise Brice des PSYKUP au passage qui fait l'aller-retour avec les loges…


20h (à peu près). Les KLONE montent sur scène après une intro plutôt sombre et démarrent: je n'avais pas trop écouté leurs CD's et c'est en total néophyte que j'ai découvert leur setlist, c'est plutôt attrayant, il y a de bons passages lourds agréables, les passages aériens sont plutôt sympas aussi mais le son me rebute un peu. Il est vrai que c'est un peu brouillon et malgré les gros efforts que fournissent nos six poitevins, une seule gratte sur les 2 ressort et le mec chargé des samples est largement en retrait en façade: je suis même étonné de le voir jouer du alors qu'on ne l'entend pas… Sinon j'ai quand même bien apprécié leur prestation qui méritait mieux au niveau son et niveau public aussi, car comme à son habitude le public parigot est neurasthénique - faut croire qu'ils se réservent pour la tête d'affiche (enfin j'espère)… Fin du set, on rallume les lumières et on s'envoie une ptite mousse pour fêter ça!! En attendant le prochain set j'erre un peu dans la loco, 'que ça à foutre en même temps…

21h (toujours à peu près), les lumières s'éteignent et les KRUGER font leur entrée: 4 types habillés en noir qui nous balancent leur H*C punk/rockoïde au son très gras, dû à une basse ultra lourde et super mise en avant. Leur chanteur aux poses super clichés m'agace un peu dans son jeu de scène, mais j'aime assez le son de la voix avec le micro type 60's, ça colle vraiment bien avec l'ensemble. On peut retenir chez les KRUGER un petit quelque chose de leurs géniaux compatriotes que sont KNUT, de par cet aspect très noir caractérisé par des passages lents et très lourds, au savoir-faire tout helvétique. Certains cycles m'ont également rappelé CULT OF LUNA - qui n'est pas inconnu du 2e guitariste du groupe au vu du T-shirt qu'il arborait ce soir, et qui a du faire face à quelques problèmes techniques, entre parenthèses - de part des guitares qui nous balancent des arpèges toutes légères mais appuyées par une basse vrombissante et destructrice… Mais ne nous méprenons pas: KRUGER fait aussi du H*C et le fait bien, certains titre bien péchus (bien que ce soit pas gavé de mosh parts non plus) nous ramènent à la face dure et énervée du groupe, qui est somme toute bien maîtrisée, mais toujours avec ses relents punks dans la rythmique qui laissent à penser que KRUGER a décidément pas mal de facettes… Après 35/40 minutes, les KRUGER quittent la scène et je pars pour me prendre une autre mou… Ah bah non, plus de sous, merde! bon, bah je joue avec mon phone (ouais c'est super intéressant je sais, mais bon…) pour passer le temps, en attendant que les toulousains emplissent la scène de leur folie…

21h50, les lumières s'éteignent et le public montre enfin qu'il est présent, nos cinq gars envahissent les planches et la lumière se fait seulement sur les deux micros : Vidda (guitare/chant) et Milka (chant/samples) tous deux debout face au public et qui entament "The sounds of silence" de Simon&Garfunkel. Le 1er effet Kiss Cool: les PSYKUP n'ont rien perdu de leur imprévisibilité. S'en suit la tornade scénique (le 2e effet Kiss Cool) qui les caractérise en enchaînant des titres du 1er et 2e album (désolé je n'ai plus du tout en tête la setlist). En moyenne, il y a tout de même plus de titres tirés du Temps de la Réflexion et ils sonnent toujours aussi bien sur scène, je les avais déjà vu au nouveau casino à l'occasion de leur tournée précédente et c'est toujours un plaisir. Vidda et Milka sont vraiment 2 showmen énormes et le départ de Yannick n'a pas du tout entaché leur puissance en live… C'est ultra carré tout en restant fun et, surtout, ça envoie grave dans les moments plus death: la présence de Jo (de GOJIRA) au son y est certainement pour quelques chose. Stephen et Ju assurent bien de leur côté et Pour ce qui est de Brice, mention spéciale à lui: il a cet aspect super créatif dans son jeu qui est induit par sa culture jazz ou même classique (cf. interview) qui se marie merveilleusement bien avec la puissance dévastatrice de ses parties métal: ce mec est un Grand batteur! Vidda, quant à lui, assure désormais les parties les plus techniques à la gratte et s'en sort particulièrement bien, très à l'aise, Ju restant dans son coin sobre mais efficace. Après, autour de ça, il y a toute la bonne humeur et la dérision de PSYKUP, comme quand Milka lance un concours de poses débiles pour une photo qui est prise du balcon: et le public participe bien !! Sur scène aussi c'est n'importe quoi et franchement: c'est trop bon. La fin de leur set finit carrément dans un chaos le plus hilarant qui soit; Milka tope le tabouret de Brice pour lui faire faire un slam par le public (qui le ballade joyeusement) puis prend la gratte de Ju pour jouer l'intro de Nothing Else Matters de METALLICA et enfin Vidda se pose derrière la batterie pour nous faire admirer ses capacités à la double-pédale pendant que Brice et Ju se battent pour faire n'importe quoi sur le synthé de Milka, bref: UN BEAU BORDEL!

Encore un bon show bien assuré par les PSYKUP au final, comme d'hab: super en place et très très efficaces en ne négligeant pas le côté fun et amusement avant tout. Un grand groupe donc, aucune faille. Mention spéciale aux KRUGER également et aux KLONE (malgré le son) qui ont su nous sortir des bons sets également, devant un public parisien qui ne fait pas vraiment beaucoup d'efforts pour les premières parties: comme à l'accoutumée.
photo de Mat(taw)
le 29/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

Melvins - Ozma
Chronique

Melvins - Ozma

Le 11/12/2011

The Firstborn - The Noble Search