Toehider - The Last Six

Toehider - "The Last Six"
chronique Toehider - The Last Six

LE PROJET « 12IN12 » – OU LE MARATHON PROG / METAL / ROCK SELON TOEHIDER.

 

Explications: on vous a déjà exposé le pourquoi du comment au début de la chronique de The First Six. The Last Six – comme son nom le laisse brillamment entendre, bravo aux spécialistes en comm’ qui ont bossé dessus – n’est autre que la seconde moitié (ie. le second semestre) de l’entreprise monumentale dans laquelle s'est lancé Michael Mills avec son bébé Toehider.

 

 

Tel le Yang pour le Yin, ou la tourista pour la vacancier insouciant, The Last Six est un complément important à The First Six, non seulement parce que lui aussi contient son lot de tubes euphorisants, mais parce qu’il confirme certaines de nos hypothèses, et fournit une grille de lecture permettant d’avoir une meilleure compréhension globale de l’œuvre et de la personnalité des australiens. Allez tiens, maintenant qu’on a une bonne année de recul pour l’apprécier dans son ensemble, faisons un petit bilan des grandes tendances qui ressortent de cette encyclopédie en 12 volumes:

 

Le trimestre Toehiderien: le trimestre Toehiderien commence systématiquement par un EP proposant de la musique 100% cacheuse-d’orteil  autrement dit sans thématique artificielle ajoutée. D’où Toehider (qui remplace avantageusement un Children Of The Sun qui allait mettre à mal notre démonstration), Toehider Too, In All Honesty et Do You Believe In Monsters?. Par contre, au cours des 2 mois qui suivent, c’est la fête du slip, la nouba old school, la fiesta metôôôl, la teuf’ punkesque, le réveillon au coin du feu… Bref un joyeux exercice de style destiné à stimuler l’inspiration de la muse – pourtant déjà bavarde de nature – de Mr Mills.

 

Le caillou dans la chaussure semestriel: plutôt que de « caillou dans la chaussure », on pourrait parler de « poil à gratter dans le caleçon ». Enfin où que vous situiez l’origine de la gêne, ce qui est sûr c’est que celle-ci revient chaque semestre, tantôt sous la forme d’une comptine assez peu sexy musicalement parlant (How Did Counterquistle Lost His Pyjamas?), tantôt sous la forme d’une sieste à électroencéphalogramme plat (9). Disons, pour rester positif, qu'on en apprécie d'autant plus les EPs qui suivent...

 

Les multiples visages Toehideresques: si les 67 titres composant l’ensemble des 4 CDs The Last Six / The First Six forment un kaléidoscope insensé à même de nous faire croire que le groupe est réellement multi-facettes, en y regardant de plus près (et en simplifiant outrageusement), on trouve seulement 3 grands versants à la montagne Toehider.

- au sud, on y entend principalement une sorte de teenage punk rock sucré et insouciant

- à l’ouest (complètement à l’ouest d’ailleurs), on distingue distinctement l’extravagance et l’agitation géniale de fans de Queen

- et à l’est, on trouve un gros pan de nostalgie pour le (hard) rock (prog) de nos ancêtres

A cela il faut ajouter une touche prog’ qui est intrinsèque aux versants est (un peu quand même) et ouest (surtout), ainsi qu'une dimension Hollywoodienne que l’on doit plus aux vents du sud et de l’ouest.

 

 

M’enfin tout ça reste de la masturbation pseudo-analytique de chroniqueur aimant couper les orteils en 4. Finissons-donc plutôt sur un petit récapitulatif – plus sobre, et donc moins propice aux théories tirées par les cheveux – du contenu de ce 2e double CD:

 

Disc 1 – In All Honesty – novembre 2009

Genre: Soft metal-rock.

La face sucrée et insouciante du groupe. 8.25/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 1 – Under The Mistletoe – decembre 2009

Genre: Nawak noël metal rock.

Un noël fou-fou-fou! 8.5/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 1 – 9 – janvier 2010

Genre: Easy listening ambiant.

Coma à la maison de retraite. zzzZZZZzzz/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Do You Believe In Monsters? – février 2010

Genre: Prog metal / rock foufou et excellent.

Gros paquet-cadeau de titres variés, dont le point commun est d’être tous très bons. 8/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Never Mind The Hallux – mars 2010

Genre: Punk story.

Les différents visages du punk selon Toehider7.75/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Done And Dusted – avril 2010

Genre: Prog metal / rock ambitieux.

Conclusion monolithique et mono-titre avec des hauts et des bas. 7/10 (la chronique)

 

 

 

 

 

 

Comme ils imaginaient bien que certains d’entre vous n’auraient pas « le courage » de s’enfiler l’ensemble des 4 CDs, le groupe a rassemblé le best-of-the-plus-mieux (quoiqu’on pourrait trouver un peu à y redire…) sur le bien nommé Best of the "12EPs in 12 months", que vous pouvez écouter gratuitement ici. Parce qu'avec Toehider c'est fromage ET dessert (...ET café ET digeo')!

 

 

 

 

La chronique, version courte:  The Last Six, ce sont 6 EPs variés et excellents (à l’exception notable de 9) rassemblés sur un 2nd double CD. Peut-être un petit moins bon que The First Six, mais pas tant que ça non plus.

photo de Cglaume
le 05/11/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Crutches - Såld
Terror - The 25th Hour