Toehider - 9

Toehider - "9"
chronique Toehider - 9

LE PROJET « 12IN12 » – OU LE MARATHON PROG / METAL / ROCK SELON TOEHIDER.

Episode 9, janvier 2010: 9

 

Explication du pourquoi du comment: se reporter à la chronique de Not Much Of A Man.

 

Janvier 2010. Ça y est, Ils l’ont lâchée leur Bombe. Plus rien ne bouge. On se croirait à une assemblée du Modem Franche-Comté. Seuls la cendre et quelques fétus brulés volettent mollement dans le silence mortel d’une Terre vitrifiée. Tatata, non non, ne protestez pas! Et rangainez donc ces clichés de juillet 2012 au camping de La Grande Motte: vous n’arriverez pas à me convaincre. Pour composer les morceaux figurant sur 9 – notamment « . », « .. » et « ..... » (notez la joie de vivre manifeste qui transparait dans ces choix de titre) –, il faut avoir observé l'absolu néant du monde d’après le grand Kaboom nucléaire. Mais peut-être se sont-Ils contentés de déchaîner leurs neutrons voraces sur l’Australie et sa proche banlieue? Ou se pourrait-il que le secret de la composition de tels titres tienne à l’expérience traumatisante d’une torpeur comatique, ou d’un engourdissement paralytique généralisé?

 

Quoi qu’il en soit, que cet EP vous évoque le tableau désespérément stérile d’un paysage sans vie ou l’immobilisme post mortem, le résultat est le même:

 

on se fait chier grave.

 

Non, sérieusement, Mike Mills aurait voulu développer le thème « La musique que vous fuyez quand vous vous réfugiez au creux d’un CD de Toehider », il ne s’y serait pas pris autrement. Vous y croyez vous: sur 9 le choix draconien qui nous est proposé se résume à "easy listening ambiant pour tympans en cours de fossilisation ou mornes gazouillis électro-instrumentaux sans grande conviction?". Trop la fête! Entre piano lénifiant, accords brumeux épars, et rythmique d’accompagnement de fin de vie, on trouve le temps sacrément long! « . » évoque donc un interminable réveil cotonneux, accompagné d’une perte totale du sens de l’orientation. « .. » reste dans l’esprit « outro déprimante », la variante consistant cette fois à miroiter aussi longuement que doucement, tel un Vangelis sous Valium.

 

2 titres déjà, pour quasiment 10 minutes d’écoute, sans que nos paupières n’aient même frémi...

 

Avec « ... », enfin, il semble que ce soit l’heure de sortir de sous la couette. Ce scintillement électro, cette batterie alerte, cette basse tonique, ces gratouillis sèchement électriques… On se croirait presque sur un titre de Kong! Du coup on tient là le meilleur – mais le plus court! – titre de l’EP. Sur « .... », on garde un petit pied dans l’easy listening électroïfié, mais dans sa version « déprime automnale », le morceau n’en finissant pas de renifler dans les jupes d’un piano mollement mélancolique, à la limite de l’inertie. Puis arrive le vrai coup de grâce sous la forme d'un « ..... » durant quand même 11 minutes 24. Là on navigue en pleine torpeur éthérée, dans un engourdissement des sens généralisé, sans section rythmique ni la plus infime bribe d’énergie… Plus efficace que n’importe quel « Commit Suicide! Commit Suicide! Com… » subliminal sur un vinyle de Judas Priest!

 

Bordel, quand ils se lancent dans un concept, les australiens de Toehider ne le font pas à moitié! Et au final on pourra considérer 9 comme le The Hummer (ou le Devlab pour rester chez Devin Townsend) du groupe: une sortie anti-commerciale à l’extrême, un pari farfelu qu’on applaudirait volontiers si seulement il nous procurait un tant soit peu de plaisir (allez: « ... » quand même). Mais là vraiment, RRrrZZzzRRrrZZzz…

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: les 12 EPs du marathon « 12in12 » respectent tous (ou presque) une thématique qui leur est propre. C’est également le cas pour 9 – et heureusement car s'il reflétait la vraie nature du groupe, on ne se fatiguerait pas à vous en tartiner des chros à longueur d’année! 9 est en effet un album d’easy listening ambiant qui vous comblera uniquement si vous cherchez de la musique pour vous aider à vous endormir.

photo de Cglaume
le 15/10/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019