S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Melvins - "Dale Crover EP"

Melvins - "Dale Crover EP"
chronique Melvins - Dale Crover EP
7,5/10 0
Acheter Melvins Dale Crover EP sur Amazon

CD album CD album (12:43)

 

Style musical : 

Rock / Punk / Grunge (et meeeeerde!)

 

Année : 

1992

 

Tracklist :

1 Hex Me
2 Dead Wipe
3 Respite
4 Hurter

 

Label : 

Boner

groupe Melvins
Melvins

Chroniques :

Mangled Demos From 1983 (1983)
Gluey Porch Treatments (1987)
Ozma (1989)
With Yo' Heart Not Yo' Hands (1990)
Love Canal/Someday (1990)
Live Flexi Single (1990)
Eggnog EP (1991)
Tanx (1991)
Split 7'' (1991)
Bullhead (1991)
Your Choice Live Series (1991)
Dale Crover EP (1992)
Night Goat 7'' (1992)
Joe Preston EP (1992)
King Buzzo EP (1992)
Lysol (1992)
Houdini (1993)
Melvana EP (1993)
Lizzy EP (1993)
Prick (1994)
Stoner witch (1994)
Stag (1996)
Singles 1-12 (1996)
The Bit EP (1996)
Honky (1997)
Alive At The Fucker Club Australia (1998)
The maggot (1999)
The Bootlicker (1999)
The Crybaby (2000)
Electroretard (2001)
Colossus of destiny (2001)
Millennium Monsterwork (2002)
Hostile Ambient Takeover (2002)
26 Songs (réédition) (2003)
Pigs Of The Roman Empire (2004)
Never Breathe What You Can't See (2004)
Message Saved / Thank you! (2004)
Sieg Howdy (2005)
Pigskin / Starve Allready (2006)
(A) senile animal (2006)
A Live History Of Glutony And Lust (Houdini Live 2005) (2006)
Split Tour Double 7 (2007)
Smash The State EP (2007)
Nude with boots (2008)
Pick your battles (2009)
Hurray For Me Fuk You / Paraquat Plus (2010)
The Bride Screamed Murder (2010)
Black Betty Split 7'' (2011)
Amphetamine Reptile Records Cage Match Tour Split 7 (2012)
The Bulls And The Bees (2012)
1983 (2012)
Freak Puke (2012)
Live At Third Man Records (2013)
Everybody Loves Sausages (2013)
Tres Cabrones (2013)
Melvins 1983 - Gaylord (2013)
Hold It In (2014)
Three Men And A Baby (2016)
Basses Loaded (2016)
Dans le même style :
The Quickest Outsize Of Men - qOOm

CANADA BUZZ HAS A WAY TO SEE THROUGH MY EYES

 

Pour une vraie-fausse discographie des MELVINS. - Chapitre 11 -

 

Pour comprendre le pourquoi de la démarche boiteuse, se référer à l'introduction du chapitre 1...


Dale Crover, c'est le batteur-brute aux idées géniales, au groove unique, mais c'est aussi le mec capable de détrôner King Buzzo dans la catégorie des blagues les plus foireuses. C'est un sacré score. Ici, nous nous penchons donc sur son EP plus ou moins solo de 92. En couverture, un Dale qui ne fait pas le rigolo. Il tire la gueule, le pépère. La pose Grunge, quoi.

Alors le Grunge, c'est quoi? C'est sûr, on n'en a plus grand chose à cirer du Grunge en 2011. C'est pas plus mal, sachez déjà cela. Le Grunge, c'est pratique quand tu sais pas jouer. Ne pas savoir jouer, c'est pas bien grave, encore faut-il avoir des idées. De toutes façons, le cauchemar est terminé. Et pitié, ne reprenez pas le triste spectacle! Le Grunge s'est échoué soit dans le pathos comique, avec un blondinet aux épaules étroites qui se tire un coup de fusil dans le menton, soit dans le ridicule tragique, avec Chris Cornu et sa carrière de carriériste (solo, audio-esclave). Y'a aussi quelques OD qui traînent, à l'image de ce chanteur de Hard FM qui s'ignorait, une Alice spécialiste en chaînes hi-fi pour simples employés dynamiques. Le Rock Darty, quoi. Le Grunge, ça ne se lave pas plus que le Punk et ça se met à porter des chemises à carreaux avant la prochaine mode. Et s'il faut faire un brin de toilette pour approcher de nouveaux amis new style, on passera sur cette petite concession. Le Grunge, c'est pas un genre de musique, c'est un truc approximatif pour étiqueter de pauvres groupes approximatifs. Le Grunge, c'était la voix d'une génération qui ne savait pas ce qu'elle disait et qui a fini web designer pour une boîte d'assurances. Le Grunge ça se rebelle mollement avant de pleurnicher sur son sort.
Bref, le Grunge c'était pas grand-chose.

Crover qui prend la pose grungy, donc. Soit. Belle pochette. Bel humour(?). Surtout que c'est un dessin, pas une photo. Et ça, ça change tout. Hein? Pourquoi pas! Je te rappelle que j'écris bien s'que j'veux.
Il fait la tronche, éh bien, ce n'est peut-être pas pour rien. Car ce disque, contrairement à toutes attentes relatives au personnage haut en couleurs ineptes, est un joli disque (c'est pas ça qui est surprenant), teinté d'un certain spleen particulièrement communicatif (et ça c'est plutôt inattendu). « Dead Wipe » notamment, est lancinant, désabusé, Rock nonchalant, voire éreinté. Dale chante un peu grognon, n'a plus la force de faire suinter les sarcasmes. C'est touchant, mélancolique. Les mélodies te disent que, quelque part, pour quelque chose, pour quelqu'un, il est trop tard. Dommage mon gars, trop tard c'est trop tard, on passe à la suite.

Car on n'est pas là pour chialer dans sa chambre d'étudiant gnian-gnian, en témoigne le titre d'ouverture, « Hex Me », boueux et noisy. Crover tire sur les cordes de sa gratte comme un malade et la fait gémir dans le bas du gras. Une intro presque digne de « Eggnog » [Boner/1991]. Oui, Crover joue de la guitare sur ce disque, en plus de chanter et de, forcément, frapper ses fûts. Sachez qu'il gratte également avec son autre groupe Altamont, gros Rock épais et stupide (mais bonne came), et assure souvent le manche aigu chez les Big Business en tournée.

Chose lugubre, Rock tirant sur le Doom rapide (ah-ha!, qu'est-ce que je m'amuse!), « Respite » pue le destin de merde. Sombre, désabusé. Encore.
Tiens donc, « Hurter » contient un passage qui sera désossé et recomposé pour « Roadbull » sur « Stoner Witch » [Atlantic/1994], deux ans plus tard. La voix distordue y sonne plus rageuse, mais dans l'ensemble, le mal de vivre rôde toujours.

Globalement, les riffs et les structures sont ici plus linéaires, plus simples que d'habitude chez les Snivlem, ce qui rend cet EP particulièrement accessible... et à part. J'aime son charme grisâtre, son parfum de looose avec trois « O », son côté Pop souillée, sa tristesse qui n'en fait pas des tonnes. On dirait qu'à jouer à l'exercice solo, les Melvins en ont retiré une certaine introspection et une tendance à la déprime. J'dis ça, j'dis rien. Une belle surprise, en tout cas. Un disque qui devait beaucoup plaire à mes-dents-dans-ma-cervelle-sur-le-mur Cobain. A j'ai-une-grande-gueule-sur-le-net-El Gep, également.
Dommage du peu (12 minutes et des cendres). Et dommage qu'il n'y ait pas eu de suite.
J'appuie à nouveau sur play car il n'y a pas de gâchette qui traîne.

photo de El Gep
le 26/06/2011

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

2 vinyles sampler bonus de TAD à gagner !

UNTIL THE UPRISING : 2 CDs

Dernières news

Chronique au Hasard

Ancestors - In dreams and time

Évènements

ROVER + Burning Peacocks au Chato'do - Blois le 15 décembre 2016EMMURE + AFTER THE BURIAL + FIT FOR A KING + OCEANS ATE ALASKA + LOATHE au CCO Villeurbanne le 26 janvier 2017THE ARRS + MY SECRET SAFE @Secret place à St Jean de Védas (34) le 24 mars 2017ME FIRST AND THE GIMME GIMMES + MASKED INTRUDER @Secret place à St Jean de Védas (34) le 14 février 2017GOHELLE FEST 2016 au Métaphone à Oignies (62)