Melvins - Sieg Howdy

Melvins - "Sieg Howdy"
chronique Melvins - Sieg Howdy

CANADA BUZZ HAS A WAY TO SEE THROUGH MY EYES

Pour une vraie-fausse discographie des MELVINS. - Chapitre 27 -

Pour comprendre le pourquoi de la démarche boiteuse, se référer à l'introduction du chapitre 1...

 

Déception : suite et fin, j'espère.

Un an après le « Never Breathe What You Can't See », Jello Biafra et les Melvins relancent avec ce disque qui n'aurait dû être qu'un EP. Ils ont rajouté des remixs, vous savez ces bidules généralement nuls ? Ouah, génial, j'ai trop hâte.

 

« Halo Of Flies » ouvre le faux album. C'est une reprise de l'Alice Cooper Band, sur le disque « Killers », vers 1971 si je ne m'abuse moi-même.  Dommage pour ma tronche, j'aime beaucoup les vieilles rondelles de la bande à Alice. Le titre était déjà décousu dans sa version originale, même que ça fait partie de son charme, madame. Le problème c'est que Jello Biafra ne peut pas chanter du Alice Cooper, c'est un fait ici révélé avéré. Musicalement, c'est pas si mal, juste un peu scolaire. Mais les parties de chant sont massacrées, donc. J'aimerais beaucoup qu'ils l'enregistrent un jour avec les trois ou quatre voix de la nouvelle formation avec Big Business,là ça aurait de la gueule.

 

Le début de la nouvelle version longue de « The Lighter Side Of Global Terrorism » m'a réveillé l'intérêt avant d'oublier d'écouter au bout de deux minutes. Merde, c'est beaucoup trop longuet. Et ce n'est pas « Lessons In What Not To Become » qui va me donner des leçons sur comment construire un titre Rock palpitant. Un peu de gniaque, oui, y'en a, mais mon blason blasé n'en est pas redoré pour autant. Disons que ça ne suffit pas, les Snivlem vous rendront exigeants et vous ne pourrez plus écouter la musique de la même manière, faut s'y faire.

« Those Dumb Punk Kids (Will Buy Anything) » comporte pourtant des riffs à Buzzo joués à toute berzingue comme j'aime bien, son crunchy bien tranchant, mais non le Kouglof reste pâteux en bouche. Va pas faire une fausse route.

 

En fait, il faut attendre la piste cinq pour qu'un plan de basse slide (Rutmanis rules!), et des délires noisy, me stoppent dans mes opérations manuelles nonchalantes sur mon scrotum innocent. Surtout, ensuite, cinquante secondes de « Voted Off The Island » me rappellent qu'on écoute un disque un peu Punk.

 

Presque réveillé je suis pour la reprise actualisée (et en concert) des Dead Kennedys (oui, l'ex-groupe à Biafra, dugland) : « Kalifornia Über Alles 21st Century ». Tiens, et si je me roulais une clope ? Jello chante mieux en vrai ou le mix live ne la balance pas en premier plan irritant. La compo est tout simplement mortelle à la base, faut dire, hymne Punk à chanter en chœur, une bière à la main et des pseudos convictions politiques vagues plein la tête. Le côté théâtral de Biafra fonctionne et amène l'excitation, enfin.

« New campaign 2005 / I am Governor Schwarznegger / If I can I'll be dictator / When they make me President / Democracy is going away / Hasta la vista, baby / I will command all of you / Kindergaten cop in every school / Or I will terminate you »

C'est pas de la poésie, mais c'est assez marrant à entendre.

 

Finalement, la surprise viendra du remix de « Dawn Of The Locust » par les parfois intéressants hip-hopeurs indus Dälek. Surtout qu'Adam Jones de Tool, présent sur la moitié du disque, taille des bouts de gras guitaristiques très opiacés. La drogue est l'épice, le plat est faussé mais fait un certain effet. Allitération en 'f'.

Et ainsi va « Enchanted Thoughtfist », remanié par Al Jourgensen de Ministry avec humour.

 

Passons sur le reste qui ne manifeste pas grand chose. La pique de Jello adressée à ses acolytes des Kennedys crevés (reformés honteusement pour le fric, sans leur chanteur engagé, auteur des mots rebelles humoristiques qui perdent ainsi tout leur sens), « Those Dumb Punk Kids (Will Buy Anything) » n'est pas si crédible tant tout ici manque de folie. Du coup, je le cite dans le texte en un joli effet boomerang:

« Punk's been dumbed now / To just another form of TV / Marketed to shoppers / Spoonfed cartoon rebellion like sheep / […] / We won't rehearse, sounds worse / […] / Kuz those dumb punk kids will buy anything »

Rooooooh, je suis un salaud! Nan, t'inquiète Jello, t'es un vrai, t'es pas un gigolo, tout va bien, c'est juste que tes skeuds avec les Melvins, ben... ça craint un peu. Vous auriez pu faire tellement mieux.

Allez, sans rancune, gros?

 

Conclusion: vivement que je chronique un disque plus intéressant pour raviver ma motivation de scribouillard frustré. Je pense au chef-d'œuvre extasié « Stag ».

Jello Biafra peut aller chanter avec d'autres types de Guantànamo et ma main gauche pourra retourner à ses massages désintéressés.

 

N.B.: l'art visuel est par contre complètement classieux et c'est de Camille Rose Garcia. Mais à une époque où les gens parlent parfois plus de la boîte du disque que de la musique qu'il contient, je préciserai que ça ne rattrape rien.

photo de El Gep
le 04/12/2011

2 COMMENTAIRES

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 04/12/2011 à 13:11:34

J'aime bien les remix sur ce disque, que les remix d'ailleurs

el gep

el gep le 04/12/2011 à 19:08:05

Eheheheheh Pidji s'est gouré, y'avait deux chapitres avant ceux-ci: OZMA et le premier avec Biafra. Bah on a juste raté deux épisodes, ahahah!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements