Melvins - Stag

Melvins - "Stag"
chronique Melvins - Stag

CANADA BUZZ HAS A WAY TO SEE THROUGH MY EYES

Pour une vraie-fausse discographie des MELVINS. - Chapitre 28 -

Pour comprendre le pourquoi de la démarche boiteuse, se référer à l'introduction du chapitre 1...

 

Sorti en fin de contrat pour Warner/Atlantic (on supposera que la Major désespérait de ne pas tenir là de vulgaires concurrents Grunge malléables et commercialement viables), « Stag » est peut-être l'album des Melvins le plus fantasque, le plus varié, le plus « fusion ». Ha ! Fusion ! Z'allez voir qu'on va s'taper un retour de fusion bientôt, c'est quelque part dans l'air du temps ! Bon, j'déconne à moitié, hein, y'a pas grand-chose à voir avec Rage Contre La Machine A Laver ou Body Compteur, hein... Disons qu'on y trouve, dans ce disque joufflu, un côté groovy catcheur, que les Melvins ont certes depuis longtemps, mais ici les hybridations contre nature sont légion et vont au fond du sens fusion.

 

Faisons donc le grand écart entre « The Bit » et « Skin Horse » pour illustrer ces propos d'une objectivité et d'une clairvoyance rares.

Là où le premier - véritable tube de la bande à Buzzo, un classique - pièce de Rock lourd pétrie à la fois d'angoisse rentrée, de rage sourde et de grandiloquence dosée, frappe le bide de l'extérieur ET de l'intérieur (le double effet dans ta gueule pour hémorragie garantie), le second - comptine morbido-poétique complètement hors-ordinaire - réussit l'impossible en créant la rencontre fructueuse du grotesque, de la grâce et de la beauté enfantine. Drôle et touchant sans être pédophile.

Bref, rien que ces deux titres redémontrent les talents de composition singuliers du groupe, qui distille de superbes mélodies derrière une façade bourrue et défigurée par une certaine folie.

 

Le mieux, c'est que la poésie règne partout ailleurs sur ce disque. Des mutins interludes lumineux ou humoristiques comme « Hide » et « Yacobs Lab », au perché et déhanché « Tipping The Lion » (petite perle dont on ne parle pas assez).

 

Fouillez, fouillez, écoutez et réécoutez tous ces morceaux, vous y trouverez, disais-je, de la Fusion de bon goût (comme quoi, ça arrive) qui transcende le non-genre - « Bar-X-The Rocking M » avec ses platines, son solo de trombone qui dérape (Dirty Walt des cintrés Fishbone a frappé) et son délire vaudou - vous attraperez des envies de massacre tranquille au 45 long canon sur « The Bloat » (autre tube à la ligne de basse serpentée et au bottleneck vicieux); vous serez enchantés par la Pop sixties gentiment parodique qui tourne au malaise d'éther dans sa seconde moitié - « Black Bock » - vous visiterez l'enfer de Dante ou pire, écrasés par la culpabilité – terrifiant assommoir de « Goggles », vraiment cauchemardesque - vous vous taperez du Hard-Rock redneck mutant, électrisé de couleurs chatoyantes non règlementaires - « Buck Owens » (avec en sus son passage mélodique et solaire de toute beauté), « Captain Pungent » et le candide Boogie « Berthas ».

 

Non règlementaire : « Stag », c'est vraiment ça, un album fou, génial, inclassable, opulent mais vif (lent/rapide/vif/opulent, ah-ha-hahaha-haaa!), bourré de détails, d'idées, d'humour, de classe totale. Une musique imaginée, réalisée et vécue à travers un prisme extraterrestre qui défie les règles et convenances, fausse les routes droites tracées et tutoie les cieux en d'affreux ricanements. Gna-gna-gnaaa, le lyrisme c'est pas pour les porcs.

 

Quoi encore? J'ajoute: mange-toi le duo « Sterilized »/« Lacrimosa » et tu changeras de planète, mais c'est pas dit qu'elle soit très accueillante, les plantes y sont carnivores et l'air, saturé de fumées graisseuses d'origine douteuse.

 

Alors: et maintenant quoi?

Ben le tout se termine sur une blague particulièrement conne de Dale Crover. Et y'a du sitar sur « The Bit ». Après, je vais pas te faire une lecture guidée de chaque morceau, procure-toi ce skeud, écoute, rêve et voyage, mec. Rêve.

Si t'en es encore capable.

photo de El Gep
le 04/12/2011

1 COMMENTAIRE

el gep

el gep le 04/12/2011 à 19:14:13

14ème tournée de chros des Melvins? T'as oubliée la 13ème, mec! C'est fait exprès, hein?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019