Zoom sur le Roadburn - 1999 - 2023

Zoom sur le Roadburn 1999 - 2023 (dossier)
 

 

Les Post-Metalheads ascendants coreux ne sont pas sans savoir que l’édition 2023 du Roadburn approche à grands pas, c’est pourquoi nous allons revenir brièvement sur un évènement très confidentiel aux origines, qui a ensuite mué au fils des années en une redoutable institution musicale. Pour celles et ceux qui entretiennent une vision du monde catastrophée, sombre et mélancolique, entre autres... le Roadburn est le rendez-vous immanquable du printemps, et arrive toujours à l’annonce de son Line-up à faire envier les moins jaloux d’entre nous. A la simple évocation du festival, les aprioris sont toujours positifs et se projeter mentalement au cœur de ses abysses musicaux emballe toujours. Des années que certains.nes lorgnent sur cet évènement et se résignent avec beaucoup de frustration devant cet énoncé malheureux : « J’aurai vraiment aimé en être… » C’est certain, la réputation du Roadburn n’est plus à faire, l’engouement qu’il suscite n’est plus à démontrer.

 

Existant depuis plus de 20 ans, le festival se déroule à Tilburg, une bourgade à la frontière hollando-Belge, où la quiétude et la douceur de vivre semble être la règle toute l’année. C’est sans compter sur le Roadburn qui le temps de son week-end printanier vient faire effraction dans l’ordre routinier des choses en invitant des formations aussi retentissantes que charismatiques. Son écosystème quotidien, bouleversé par l’arrivée d’une faune de gens amourachés aux mêmes méfaits, se transforme en une succursale dantesque. Comme à chacune de ces éditions, l’affiche est vraiment soignée. Si plus univoque par le passé, avec un focus davantage fait sur des atmosphères caverneuses tel que Post-Hardcore, Doom, Psyche et dans une certaine mesure Stoner ; le Roadburn a étendu son spectre sonore aux vibs Punk-hardcore.

Au programme donc de ces journées aussi denses qu’anthologiques : un Line-up composé de légendes internationalement incontestées et de combos relevant d’avantage des circuits court, court-circuitant au passage les logiques du tout vedettariat. Le degré de célébrité est à géométrie variable et c’est toujours cool la transversalité dans le monde de la musique. Ceci dit, en plus de vingt ans d’existence, Amen Ra, Neurosis, Converge et son jubilé d’anthologie centré sur l’album Jane Doe, Enslaved, Mantar, ISIS et j’en passe… ont déjà fait le déplacement jusqu’au RoadBurn. Des sommités indépassables ayant écrits un peu de l’histoire du festival et participées à son rayonnement, et ce bien au-delà de frontières toujours trop étiquées.

 

Le Roadburn c’est aussi et surtout une expérience totale et immersive. De son centre névralgique et son complexe "Poppodium 013", à son foyer qui accueil des DJs en résidence, à sa cave qui abrite des Afters partys friendly, à ses stands de distros pour traqueurs.euses de reliques, à ses nombreuses expos en passant par le club de jazz "Paradox", tout semble prévu pour faire vivre une expérience multiple et entière aux festivaliers.ères, tout en flattant en passant leurs velléités communautaires et leurs ivresses musicales.

 

Le Roadburn est une parenthèse enchantée pour des êtres qui le sont peut-être un peu moins le reste de l’année, mais qui trouvent aussi là l’occasion d’exorciser une manière d’être au monde parfois mortifère mais souvent réaliste. Une communion heureuse autour d’une esthétique générale claire/obscure, avec toute la profondeur d’émotions subliment qu’elle suppose. Les riffs assommoirs, les décrochages de mâchoires et le déchainement d’assauts acoustiques sont toujours la norme. Le Roadburn c’est depuis sa création en 1999, un sanctuaire musical ouvert, safe et chaleureux, néanmoins sans concession et qui te percute pleine carafe et plein cœur.

 

Cette année, comme à son habitude, le Roadburn édition 2023 attirera de nouveau la fine fleur des groupes et artistes gravitant dans les univers des musiques sombres et expérimentales, parfois psychédéliques, presque toujours intenses, souvent liées aux dérivés du 'core' et du 'post', sans barrières. Une partie de l'affiche est déjà connue, et les noms qui s'y étalent ne sont pas les moins attrayants. Voici un petit florilège de celles et ceux qui arpenteront les scènes du Roadburn 2023 et que nous, à CoreandCo, ne manquerons pas d'aller voir si nous prenons la route jusqu'aux Pays-Bas :

 

Tout d'abord, il ne faudra évidemment pas manquer le passage, rare en Europe, de Julie Christmas. L'ex frontowoman de Made Out Of Babies et de Battle Of Mice est déjà familière du festival, puisqu'un des rares concerts de la tournée Mariner avec Cult Of Luna avait justement eu lieu là-bas.

Cette année, elle sera accompagnée de Johannes Persson de COL justement, ainsi que d'un groupe entier depuis New York, pour une performance spécifiquement préparée pour le Roadburn.

 

Ensuite, on vous a déjà récemment dit sur CoreandCo tout le bien que l'on pensait des albums sortis cette année des space-coreux de Cave In, du noise-sludge-hardcore de Chat Pile, du post-black metal des Ukrainiens de White Ward, du hardcore intense de Candy ou encore du black metal 'free' des New-Yorkais d'Imperial Triumphant. Entre autres. Et bien tous viendront défendre leurs nouvelles productions pour des prestations à ne certainement pas manquer.

Et l'année dernière, le mathcore sombre de Pupil Slicer nous avait bien frappés : à ne pas rater ! Le Doom chamanique de Big|Brave également ! Le black du grand ouest de Wayfarer ou encore les virages stylistiques de Deafheaven ont aussi rythmé ces derniers temps sur le zine, et bientôt au Roadburn.

 

A noter que cette année, carte blanche a été donnée à la Suisse underground, à travers Hummus Records, pour un projet unique : Trounce, qui rassemblera Joan Nido, fondateur du label et membre de Coilguns (tout comme leur bassiste Kevin Galland), ainsi que d'autres membres d'autres formations dont nous vous avons déjà parlé ici, notamment le chanteur de Kruger Renaud Meichtry et Anna Sauter-McDowell et Naser Sulejmani de Yrre. Autant dire qu'on a hâte !

 

Bref, vous l'aurez compris, autant vous dire qu'il y en a dans ce line-up partiel pour tous les goûts de la rédaction de CoreandCo, et donc probablement aussi de ses lecteurs et de ses lectrices.

 

Ci-dessous le line-up temporaire du fest, en attendant de nouvelles annonces, et un lien vers chacune des chroniques ici présentes des groupes qui y joueront. Alors, on ne vous gâte pas pour préparer au mieux votre fin d'avril aux Pays-Bas ?

 

 

Ad Nauseam

Big|brave - Leaving None But Small Birds (2021) - Vital (2021)Live report

Boy Harsher

Broeder Dileman

Brutus

Burst - Origo (2005)

Candy - Heaven Is Here (2022)

Cave In - Heavy Pendulum (2022) - Final Transmission (2019) - White Silence (2011) - Planets of Old (2010) - Perfect Pitch Black (2005) - Antenna (2003) - Jupiter (2000) - Until Your Heart Stops (1999)

Chat Pile - God's Country (2022)

Circuit des Yeux

Dance of the Seven Veils

David Eugene Edwards (de 16 Horsepower et Wovenhand)

Deathless Void

Deafheaven - Infinite Granite (2021)

Decline of the I - Johannes (2021) - Escape (2018) - Rebellion (2015)

Giles Corey

Imperial Triumphant - Spirit Of Ecstasy (2022) - Alphaville (2020) - Vile Luxury (2018)

Jerusalem In My Heart

John Cxnnor (deux frangins de LLNN, pour un projet commissionné par le festival)

Judasz & Nahimana

Julie Christmas Interview - Mariner (2016) (avec Cult of Luna) - The Ruiner (2008) (avec Made Out Of Babies) - Coward (2006) (avec Made Out Of Babies) - A Day of Nights (2006) (avec Battle of Mice).

Kathryn Joseph

Ken Mode - Null (2022) - Loved (2018) - Success (2015) - Entrench (2013) - Venerable (2011) - Reprisal (2006)

Norna

Ossaert

Pupil Slicer - Mirrors (2021)

Sangre de Muérdago (avec un ex Ekkaia dedans)

Shagor

Show me the body

The Soft Moon

Trounce (projet commissionné par le festival)

Wayfarer - A Romance With Violence (2020) - World's Blood (2018)

White Ward - False Light (2022) - Debemur Morti (2021) - Love Exchange Failure (2019)

Wolves in the Throne Room - Primordial Arcana (2021) - Thrice Woven (2017) - Celestite (2014) - Celestial Lineage (2011)

photo de Freaks
le 08/12/2022

9 COMMENTAIRES

Moland

Moland le 09/12/2022 à 09:43:38

Big|Brave, Wayfarer ("A romance with violence" fut min album de l'année, chronique ultime chez nous), Chat Pile, Julie Christmas, sans compter les découvertes. Inutile de préciser que j'ai les tétons qui frétillent depuis des semaines. On organise une délégation plénipotentiaire aux couleurs de Core and Co ? 

CTEkills

CTEkills le 12/12/2022 à 20:47:31

Longue vie au Roadburn, à mort l'écriture inclusive et ceux qui la pratiquent (et encore plus si on est incapable d'en respecter les règles sur l'intégralité d'un texte produit même si ça rend le pathétique comique)

Pingouins

Pingouins le 13/12/2022 à 05:53:21

Désolés que l'on essaye de respecter autre chose que les gros gars dans ce qu'on écrit, écoute. "On", d'ailleurs, parce que texte a été préparé à plusieurs mains, d'où quelques différences de style.
T'en fais pas un poil trop en appelant à l'exécution sommaire pour tentative de respect ? J'ai compté trois mots retouchés sur tout le texte, y'a pas de quoi en avaler sa choucroute de travers.

Freaks

Freaks le 13/12/2022 à 16:11:11

@CTEkills: Tu voulais pas dire plutôt "A mort (...) celles et ceux qui la pratiquent"? :p
En appeler au meurtre des gens pour si peu est-ce vraiment très sérieux? NOP! 

sepulturastaman

sepulturastaman le 13/12/2022 à 18:53:18

Ouin-ouin ma masculinité ouin-ouin. Donc l'effort est fait pour ne plus effacer environ la moitié de la population et un·e gazier·e veut la mort des utilisateurs·trices d'un procédé certes mal utilisé (puisque c'est un point médian · qu'il faut utiliser) au lieu de ce réjouir ?
Iel me fait penser à ça :
"C'est terriiibbblleee  ce qui vous est arrivé!!!! Je dis c'est Teeerrrriiible ce qui vous est arrivé !!! Sur la terre il y a 4 mecs sur 5 qui crèvent de faim. Y en a qui vivent dans des caves à cause des bombes. Il y a ceux qui pourrissent du cancer et du sida dans les hôpitaux. Y a celles qui se font violer par 25 mecs en même temps pour qu'elles sachent qui est le patron... Et y a toi.... et toi il vient de t'arriver une chose teeerrriiible, on a touché à ton rétroviseur. Y a des arbres au dessus de toi avec leurs feuilles qui bougent dans le vent. Tu les as déjà regardé les arbres ?!!!" Y a ta femme qui est belle et qui perds sa jeunesse à te cuisiner des champignons à la crème pendant que toi tu la cocufie. Tu l'as regarde une seule fois ta femme ?! Y 'a tes enfants avec leurs belles peaux toutes lisses. Tu as remercié quelqu'un une fois dans ta vie pour la peau lisse de tes enfants ?! Et les vaches qui te fabriquent du lait, du beurre et du fromage tous les jours. Tu leurs à dit merci aux vaches ?!
tiré du film "La Belle verte".
Remplacez le retro par l'écriture inclusive et on y est.

el gep

el gep le 13/12/2022 à 20:18:35

Touche pas à mon retro !
Ou: touche pas à mon troll !

Enfin... que dire de plus.

Santé, les amis!

Moland

Moland le 13/12/2022 à 22:27:28

Comment on fait pour poster le gif de Michael Jackson mangeant du pop corn ? 

noideaforid

noideaforid le 19/12/2022 à 17:57:41

Mais vous êtes fou monsieur?!
Il me botte bien cet événement! vous montez en bus" CoreandCo"? 

Freaks

Freaks le 22/12/2022 à 12:14:12

@Noideaforid: A ma connaissance, nous sommes déjà trois à y aller potentiellement.
Tu nous mets ton mail dans le forum stp... ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements